RSS
RSS



 

flashback + run boy run. (icare&moïra)

 :: Le tri sélectif :: La salle des archives :: anciens rps Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Invité
Invité
Invité
Jeu 29 Juin - 18:40
your sacred stars won't be guiding you.
icare & psyché.

Psyché venait de passer les pires semaines de son existence. Voilà pas un mois que son père était allé consulter l’Oracle, afin d’être guidé sur l’avenir de sa plus jeune fille. Les visiteurs s’accumulaient aux portes du château pour voir celle que l’on comparait à la déesse de la Beauté même. Les temples d’Aphrodite se vidaient jour après jour, les sacrifices en son honneur se faisaient de moins en moins. Et pour cause, on venait de loin pour apercevoir la créature mortelle à la beauté déjà légendaire. Mais ce n’était pas parce que l’on reconnaissait la beauté de la princesse qu’on voulait bien l’épouser. La plupart du temps, on ne la voyait pas autrement qu’une bête de cirque, qu’une oeuvre d’art exposée dans un musée quelconque. On la peignait, on lui offrait moult éloges, on la chantait, mais jamais on ne demandait sa main. Et ça, le roi ne pouvait le comprendre. Il avait déjà réussi à marier les deux plus grandes, pourtant pas les plus gâtées par la nature et les bonnes fées. Il s'était dit que leur rang avait fait tout le travail. Pourtant, il ne voyait pas pourquoi Psyché, mieux dotée que ses aînées, ne s’en sortait pas. Alors il était allé voir l’Oracle. Et il n’avait pas été déçu. Il était rentré au château avec une sale nouvelle. Sa fille devra épouser un monstre, un genre de dragon peut-être. Le roi s’était préparé à voir sa fille mariée à un pauvre garçon, qui n’aurait pour seules richesses trois moutons et quatre vaches. Il ne s’était pas attendu pourtant à une telle catastrophe. Et puis il s’agissait de l’Oracle de Delphes, et le roi était un superstitieux de toute façon. Comme s’il avait été le principal concerné par l’affaire, il passa par plusieurs étapes. D’abord la colère. Sa fille était si insensible à l’Amour que les dieux l’avaient punie ! Et lui, il aurait dû comprendre qu’une beauté pareille ne lui attirerait que plus d’ennuis. Puis le désespoir. Il devra profiter des derniers instants avec sa cadette chérie, imprimer mentalement chacun des moments afin de ne jamais les oublier, car bientôt il ne la reverra jamais plus, dévorée et découpée au fond de l’estomac d’un monstre. Enfin, il devint déterminé. Plutôt que de se laisser attraper par le destin, il préféra prendre les rennes. Il chercherait lui-même un homme pour sa fille, avant que celle-ci ne connaisse un sort funeste. Il envoya des messagers dans chaque coin du pays, il leur demanda de franchir les frontières, d’aller jusqu’à la mer et au-delà des mers, afin de ramener les meilleurs partis jusqu’au château. Peu importait leurs rangs, leurs richesses, leurs loisirs. Il lui fallait des hommes qui ne ressemblaient en rien à des monstres.

Psyché dû en supporter, des repas d’un ennui mortel. Des inconnus de tous genres, des intellectuels, de vieux guerriers avec tout un tas d’histoires, de très jeunes garçons insupportables, des timides qui n’osaient dire un seul mot avant la fin du dessert, des bavards qui ne permettaient que des échanges à sens unique, des curieux, des envieux. La liste est encore longue. Si la jeune femme tentait de faire des efforts au début, afin de satisfaire son père et aider à empêcher son propre destin, elle avait bien vite baissé les bras, résolue à connaître le sort que les dieux lui avaient déjà réservé. La veille avait été le pire dîner de tous. Elle en avait vu, des hommes qui finissaient par lui mettre les nerfs en boule, souvent bien malgré eux. Mais celui-là atteignait des sommets. Ils n’étaient simplement pas compatibles. Son père l’adorait, pourtant. Il était son meilleur choix, depuis le départ. C’était peut-être cet acharnement vain et désespéré à lui trouver un mari qui avait poussé Psyché à détester un peu plus son invité. Le caractère de ce dernier l’avait bien aidée, aussi. Elle ne supportait pas sa suffisance et tous les petits détails qui lui rappelaient sa soeur, Redival, enfant elle aussi trop gâtée. Psyché s’était arrangée pour écouter au mieux un repas qui ne prenait que trop longtemps pour se terminer. Mais son père avait invité Icare à passer quelques jours au château s’il le souhaitait. Forcément, il graisserait la main de n’importe qui, tant qu’il y avait encore une mince chance qu’il épouse sa dernière fille. Ce n’était donc guère étonnant pour Psyché de croiser son invité au marché le lendemain. Guère étonnant, mais tout de même rageant. Elle ne lui avait visiblement pas assez donné l’envie de partir du royaume. Elle essaya d’arriver discrètement à sa hauteur. Il n’y avait pas grande foule ce jour-là et elle avait toute la place de s’amuser sans blesser un malheureux, placé au mauvais endroit au mauvais moment. Elle fut presque aux côtés d’Icare quand de l’autre côté de ce dernier, se trouvait le stand de poissonnerie. C’était parfait. Et sans attendre de rater l’occasion, Psyché l’y poussa, avant de tranquillement continuer son chemin, l’air de rien. Elle se retourna seulement une fois pour admirer son oeuvre.
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Invité
Ven 14 Juil - 21:35


Run boy run



Moïra & Icare.

Dans un pays lointain, il y avait un roi qui cherchait à marier sa fille que l'on disait belle à en crever. Dans ce même pays, il y avait Icare Lawrence qui se disait que prince était un beau métier. Mauvais plan pour la fille que l'on se dise. Peut-être que pour le blond aussi mais il n'était pas encore au courant. Bref, Icare avait entendu parler de l'affaire. Il avait entendu que les prétendants ne couraient pas les rues où n'allaient pas plus loin qu'une simple sérénade. Les petits joueurs. Et il y avait le gite et le couvert d'offert. Dans un palais. Le plan de rêve.

Alors il était arrivé, sur son beau cheval blanc imaginaire. On lui avait ouvert les portes du château, on l'avait applaudi, on l'avait introduit au roi. Il s'était présenté, enchaînant courbettes, sourires et compliments dans l'hypocrisie la plus totale. La princesse était jolie, pas autant que lui était beau mais jolie quand même. Sauf qu'il fallait plaire au père avant tout. A ce rythme là, il aurait carrément pu passer sous le trône pour obtenir son titre de prince. Le premier repas se passa divinement bien. La graille était bonne, une raison suffisante pour rester à vie. Par contre, Psyché n'avait pas du tout l'air d'apprécier Icare et ça, le garçon, il ne le comprenait pas. Peut-être que c'était une histoire de "non papa tu choisiras pas mon époux pour moi". Ça ne pouvait pas être autrement, Icare était beaucoup trop parfait pour ça.

Le roi, il l'avait dans la poche par contre. Même qu'il pouvait rester une petite semaine à l’œil. Il n'allait pas s'en priver. Il ne connaissait pas le coin mais on lui avait dit que ça valait le coup de visiter. Dés le lendemain, il partit donc de bon matin explorer la ville. Il y avait un marché assez sympa. Pas qu'Icare soit un grand fan de marcher mais les tavernes n'étaient pas encore ouvertes ou ne voulaient pas servir d'alcool à un étranger si bien habillé à des heures indues. Il se contentait donc des stands de fruits, de légumes et de poissons. Poissons qui n'avaient pas l'air hyper frais, poissons qu'il voyait de très près. Qui avait osé le pousser sur l'étalage ?

"Et toi ! Espèce d'enfoirée !"

Y avait une femme qui s'était retournée l'air hyper fier de sa crasse. Icare lui avait donc sauté dessus, armé d'un poisson qu'il lui balança à la gueule. Puis après il réfléchit, il regarda la femme, reconnu la princesse. Oups...

"Mes hommages Psyché. Vous êtes bien matinale."

Sourire arrogant. Ils sentaient tous les deux le poisson, égalité, balle au centre.



code (c) crackle bones
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en hautPage 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Connaissez vous le rêve d'icare (pension à Ath)
» Hommage à mon ICARE
» ICARE - x fox terrier 4 ans - Spa de Vaux le Penil (77)
» Des aménagements dans le bac d'Icare
» Mongolfières ICARE à Maizières les Metz 16/17/18 Août 2013

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
-Absit Omen- :: Le tri sélectif :: La salle des archives :: anciens rps-
Sauter vers: