RSS
RSS



 

Charlie ~ Cheveux d'or en boucle d'amour.

 :: Le tri sélectif :: La salle des archives :: les fiches de présentation Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Invité
Invité
Invité
Dim 29 Jan - 10:35

Charlie Katherina Wellington

I lay with the wolves


nom. Wellington. Nom de son père. Nom qu'elle porte fièrement.
prénom. Au départ, elle s'applait Gabrielle. Prénom angélique, prénom d'une petite filles aux boucles d'or. Mais elle a décidé de changer pour s'appeler Charlie. En deuxième prénom, elle a gardé Katherina, prénom de sa mère.
âge. 25 années.
conte. écrire ici
personnage. écrire ici
date et lieu de naissance. La demoiselle a vu le jour un beau matin de printemps au beau milieu du Merveilleux, dans un petit village perdu dans le royaume de Sherwood.
situation. Célibataire.
orientation. Carnivore. Et hétérosexuelle.
fonction/profession. Alpha de la meute de loups-garous du Merveilleux. La seule de cette partie de Vesta.
pouvoir(s). Loup-garou et tout ce que cela entraine : tous ses sens sont sur-développés.
objet(s) magique(s). Potion pour faire passer l'envie de sang qu'une sorcière lui donne tous les mois.
groupe. Les Résistants.
avatar. Bryden Jenkins.

Anecdotes & caractère


Sûre d’elle – Indépendante – Sanguine - Têtue comme une mule – Maniaque du contrôle – Courageuse – Energique – Franche – Honnête – Intelligente – Rusée – Impatiente – Observatrice – A tendance à être agressive – Rancunière – Rebelle – Débauchée – Extravertie – Impulsive – Insensible.

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

Charlie a toujours eu une sorte de don avec les animaux. Elle aime passer du temps avec eux, être entourée de chiens, chats ou autres. Certains anciens de son village ne cessaient de lui répéter qu’elle murmurait à l’oreille des animaux. Cela la faisait rêver lorsqu’elle était enfant puis les années lui ont fait prendre conscience que cela ne pouvait pas être possible.

Elle a toujours eu du mal à coiffer ce halo blond qui entoure son visage. Lorsqu’elle était enfant, elle a souvent voulu les couper. Mais sa mère la reprenait à chaque fois et lui faisait des tresses, couettes et autres coiffures, toujours en y ajoutant des fleurs. Aujourd'hui, elle se contente de les tresser ou de faire un chignon à la va-vite.

Son caractère a changé du tout au tout lorsqu’elle s’est fait mordre, la rendant maudite à tout jamais. La gentille, paisible et adorable Gabrielle s’est transformée en une bête assoiffée de sang. Elle est devenue insensible, froide et rusée. Sa vie aussi avait changée, plus rien n’était pareil.

Elle tente de retrouver une autre meute, afin de vérifier qu'ils ne sont pas les seuls. Elle vadrouille sans arrêt mais elle n'a jamais eu l'écho d'une meute de loup ou de quoique ce soit d'autre. Elle ne perd pas espoir, elle rêve de fonder une alliance entre loups afin de vaincre The Witch plus aisément.




questionnaire.

Votre avis sur la magie ?
La magie, elle la maudit. C'est à cause d'elle qu'elle a perdu les siens et qu'elle est devenue ce qu'elle est à présent : un monstre. Bien évidemment, elle a réussi à assumer sa vraie nature et à accepter la part animale qui est en elle. Mais jamais Charlie n'oubliera que ses parents et tout son village sont morts à cause de la magie, à cause d'une malédiction. Aujourd'hui, elle arrive mieux à se contrôler elle et puis elle doit se faire à la magie, même si elle préférerait vivre sans.

Quelle était votre place avant le conflit avec The Witch ?
Bien avant le conflit, Charlie a toujours été opposée à The Witch. Elle n'a jamais accepté le fait que cette sorcière aie ensorcelé Warren pour faire de lui son chien de compagnie. Et puis elle n'a jamais approuvé sa façon de faire, sa façon d'être. Alors elle s'est vite retrouvée du côté des Résistants et elle en est fière. Elle et sa meute s'occupent des terres et répandent la Résistance partout, comme un gigantesque feu.

Pourquoi ce camp ?
Charlie n'a jamais aimé l'autorité, elle a toujours été contre le pouvoir. C'est pourquoi elle a choisi d'être du côté des Résistants. Et puis elle veut montrer à la sorcière qu'elle n'est en rien comme Warren et que jamais, elle n'aura sa meute comme larbins. Elle ne cessera jamais de se battre contre elle, contre le pouvoir et elle compte bien la tuer, l'anéantir pour que son pouvoir cesse.


crackle bones


Derrière l'écran
pseudo. toujours Eclogia
prénom. toujours Manon
âge. toujours vingt hivers (malheureusement)
pays. toujours à Disneyland
fréquence de connexion. toujours tous les jours
inventé ou scénario. inventé de ma petite tête Hihi
comment avez vous connu le forum. toujours enrôlée et j'aime ça Hihi
code. et je me valide Arrow
commentaires. licorne.
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Invité
Dim 29 Jan - 10:35

Histoire

revenge in my blood




Tout commença un soir d’automne, dans un petit village perdu au fin fond d’une vaste forêt: la forêt enchantée, se situant dans le Merveilleux. C’est là que Gabrielle est née, alors que les feuilles jaunissaient et tombaient au sol, formant un tapis assez confortable. Son père était un bûcheron réputé dans la région et sa mère, elle, se contentait de tisser. Du matin au soir elle tissait pour les gens de la ville et allait vendre ses rouleaux pour gagner quelques sous. Elle était un miracle pour ses parents, ils l’ont eu alors qu’ils étaient âgés et n’espéraient plus d’enfant. Ils l’ont appelée Gabrielle. Elle adorait son prénom. Ses parents l’ont couvé dès le début, elle était un peu la princesse du village. C’est donc ainsi qu'elle a eu une enfance dorée, à l’image de ses cheveux qui devenaient de plus en plus blond de jour en jour. Cette chevelure lui a valu le surnom de « Boucle d’Or » dans tout le village et aux alentours. Au final, elle a fini par croire que c’était son véritable prénom car tout le monde l’appelait comme ça. Cela ne la dérangeait pas, bien au contraire. Parfois elle aidait son père au bois, bien qu’il lui le défendait. Mais elle s'est toujours sentie proche de la nature, des animaux et l’odeur du bois l’apaisait, la réconfortait. Enfin il ne faut pas se mentir, la plupart du temps elle était quand même avec sa mère, sa douce et si fragile maman. Elle l’aidait à tisser quand ses mains n’en pouvaient plus et que son dos lui criait de se relever. Gabrielle la ménageait du mieux qu'elle pouvait. C’est donc dans cette chaleureuse atmosphère que la demoiselle a grandi, heureuse, joueuse, croquant la vie à pleines dents. Leur maison était très simple, petite, mais ils s'y sentaient bien, comme une sorte de cocon, une chrysalide. Le temps passait de plus en plus vite et ses parents vieillissaient de plus en plus, ça va de soi. Son père ne pouvait plus aller au bois alors elle s'en occupait. Et en rentrant le soir elle tissait jusqu’à ce que la fatigue l’emporte et l’assomme. Elle pensait que ses parents allaient mourir de vieillesse, paisiblement. Elle s’était faite à cette idée, elle avaiy tout préparé quand viendrait le jour de leur mort. Sauf que ce jour est arrivé bien trop vite et ce n’est pas la vieillesse qui les a emportée. C’est quelque chose de beaucoup plus sombre, plus malsain. Le genre de chose qui vous glace le sang et vous fait cauchemarder pendant des nuits entières, entraînant des insomnies longues et éprouvantes.

C’était une soirée normale. Boucle d'Or avait dix-sept ans et était épuisée de sa journée. Ses parents étaient tous les deux endormis et pour une fois, elle s'est endormie dans son lit et non sur le rouet. Mais au beau milieu de la nuit, elle a été réveillée par des bruits affreux. Des hurlements, des appels à l’aide et le pire de tout : des grognements affreux, des espèces d’aboiements. Puis elle entendit son père se lever pour prendre sa hache bien aiguisée. Elle l’observait depuis l’encadrement de sa porte de chambre mais lorsqu’il la vit, il lui dit d’aller se cacher, de ne pas rester là.  Sa mère quant à elle restait en retrait mais était sortie de la chambre. Puis tout s’est passé trop vite. Sans qu'elle n'ait eu le temps de faire un pas vers ses parents, un énorme loup noir est entré dans la petite maison et a bondit sur ses parents. Du sang. Il y avait du sang partout. Et elle, elle était paralysée par la peur. Son père lui avait appris à se défendre mais elle ne pouvait pas bouger, impossible de remuer le moindre de ses membres. Elle voyait que ses parents tentaient de se défendre, en vain. Ils perdaient beaucoup trop de sang et ils partirent bien trop vite. Puis le loup s’approcha de la blonde, la fixa de son regard assassin, prédateur, mais qui avait une lueur humaine. Difficile à croire mais pourtant, il y avait cet éclat donc son regard bleu nuit. Elle ne le quittait pas des yeux. Elle se voyait déjà morte. Il la regardait lui aussi puis d’un coup, il s’est arrêté. Il ne bougeait plus et ils se jaugeaient du regard. L'humaine face au loup. La proie face au prédateur. Un ange passa. Le temps s'arrêta. Puis il est parti. Il est parti sans rien lui faire. Elle a mis plusieurs minutes avant de revenir à elle. Puis elle vu les corps de ses parents gisant dans leur sang et elle s'est mis en tête de les ranimer. En vain. Elle savait que c’était peine perdue mais elle voulait quand même essayer. Puis un véritable torrent de larmes déferla sur ses joues. Son corps était secoué de sanglots, elle hurlait de désespoir, de tristesse, de colère. Elle était complètement seule, perdue. Elle essayait de reprendre ses esprits, de se calmer et d’essayer de réfléchir. Il fallait qu'elle traque ces monstres, qu'elle les traque comme son père lui a appris. Il fallait qu'elle venge la mort de ses parents et des autres villageois. Alors elle s'est redressée et les larmes ont cessé de couler. La tristesse était partie, laissant place à une rage infinie. Elle est sortie de sa maison et ce qu'elle a vu lui a  glacé le sang : le village était un champ de bataille. Il y avait du sang partout et pas un seul bruit. Rien. Seul le bruit du vent faisant remuer les feuilles des arbres. Elle s'est décidée à enterrer tous ces corps car après tout, ils méritaient tous un enterrement digne. Elle  a commencé par ses parents puis elle a fait le reste des maisons. Le soleil n'était même pas encore levé lorsqu'elle donna le premier coup de pelle. Elle y a passé la journée et lorsqu'elle eut terminé, la nuit commençait à tomber. Elle n'avait rien mangé de la journée mais elle n'avait pas faim, pas du tout. A la fin de sa tâche, elle a rassemblé quelques affaires, des vivres, un arc et des flèches , et elle est  partie, laissant tout derrière elle, avec une seule idée en tête : la vengeance.

Elle voulait retrouver ceux qui avaient commis cet acte abominable, elle voulait leur faire payer, tuer ces bêtes. Elle est donc partie en quête d’un nouveau foyer, un lieu où elle se sentirait bien et où elle pourrait écouter la forêt. Au départ elle dormait à la belle étoile, s’enroulant dans sa cape noire près d’un feu. Puis au bout de quelques semaines, elle est tombée sur une ancienne cabane de chasseurs, mise à l’abandon. On n’aurait pas dit de l’extérieur mais elle était assez grande et était composée de deux pièces : une chambre au fond et l’autre pièce servait de cuisine, pièce à vivre enfin passons.  Elle l'a retapée en moins d’une semaine et à la fin, elle avait vraiment la sensation d’avoir une nouvelle maison. Elle n'avait pas oublié le drame de son ancien village, elle y pensait tous les jours, elle en faisait des cauchemars horribles. Mais cette petite cabane allait être idéale pour lui changer les idées et elle l'adorait, perdue au milieu de nulle part. En explorant les alentours, la blonde remarqua qu’en réalité, elle se trouvait près d’en sentier très fréquenté car il y avait des traces de roues de carrosses assez profondes. Son père lui ayant appris à chasser, il était facile pour elle de se nourrir en tuant des lapins ou autres petits gibiers. Malheureusement, plus les jours passaient et plus la solitude se faisait ressentir. Et de plus, elle n’avait toujours aucun signe de ceux qu'elle traquait. Elle ne savait même pas ce qu'elle traquait. Elle savait juste que c’était une meute de loups anormalement grands. En fait, ses informations ne correspondaient à rien car des meutes de loups il y en avait partout.  Un jour, alors qu'elle réfléchissait à tout ceci, elle a pris la décision de changer d'identité, de ne plus être Boucle d'Or, de ne plus être ce qu'elle a pu être. Elle a opté pour le prénom Charlie. Elle a ensuite décidé de pousser un peu plus ses recherches et de partir plus loin. Elle a rassemblé quelques indispensables comme son arc  et ses flèches et elle est partie au beau milieu de la nuit, alors que la lune était haute dans le ciel. Et pleine.




Charlie a marché pendant des heures, ne sachant pas où aller. La lumière de la lune n’arrivait pas à passer à travers les épais feuillages et donc, elle n'avait aucun repère. Si ça se trouve, elle pouvait très bien tourner en rond depuis le début, sans aucune progression. Puis à un moment, le miracle. Alors que la fatigue commençait à engourdir ses jambes, elle s'est retrouvée au beau milieu d’une clairière.  Et apparemment, un groupe de voyageurs venaient d’y passer car le feu fumait encore et il y avait des bûches formant un cercle autour du foyer. Une sorte de feu de camp. Et mieux encore : il y avait de la nourriture. La jeune femme était affamée d’avoir marché sans s’arrêter. Alors elle prit place sur un rondin et mangea les restants de nourriture. Du lapin grillé, d’autres petits animaux de la forêt, c’était délicieux. Elle ressentait tout de même une certaine culpabilité de manger la nourriture d'autrui mais elle devait se nourrir sans quoi, elle serait certainement tombée dans les pommes. Elle était repue mais fatiguée comme jamais, ses paupières se faisaient de plus en plus lourdes. A l’autre bout de la clairière, elle vit une grotte qui lui avait l’air assez profonde. Elle prit alors la décision d’aller dormir dans ce refuge naturel et de repartir au petit matin. Lorsqu'elle pénétra à l’intérieur, elle crut rêver. Il y avait des compartiments taillés dans la pierre pour former des petites pièces et à l’intérieur de ces pièces, des lits faits en peaux de bêtes. Décidément, ce camp avait dû abriter ce groupe de voyageur pendant assez longtemps. Elle dit le tour de la grotte et ne vit personne. Sans trop se poser de questions, elle choisit un lit et elle s'enroula dans le tissu confortable. Quelques secondes après, ses yeux se fermèrent.

La blonde fut réveillée par la désagréable sensation d’être observée. Elle ouvrit les yeux doucement et vit deux yeux la fixer. Ces mêmes yeux qui l’ont fixée lors de la nuit du massacre. Ce même loup noir. Il se tenait devant elle, de nouveau, sans bouger. Elle ne pouvait pas sortir, elle était complètement bloquée. Alors elle prit la décision la plus idiote de toute sa vie. Elle bondit sur la Bête afin de la pousser de son chemin puis partit de la grotte. Mais lorsqu'elle fut dehors, il y avait une dizaine d’autres loups devant elle. Elle était cernée, elle se voyait déjà morte. Et elle avait laissé mon arc près du feu. Elle ne savait pas quoi faire. Alors qu'elle allait faire un pas en avant, elle sentit une douleur déchirante à son avant-bras. Elle poussa un cri striant et lorsqu'elle posa les yeux sur son bras, elle vit une plaie profonde et large, causée par le loup noir de toute à l’heure. Elle voulait de nouveau bondir sur lui mais la douleur ne fit que l’entrainer au sol. Elle était à genoux, entourée de toutes ces bêtes. Elle se sentait défaillir de plus en plus. Elle avait mal, elle avait l’impression qu’on essayait de lui arracher le bras. Sa vision se floutait de plus en plus. Elle distinguait de moins en moins les formes, les loups. Puis sa tête heurta violemment le sol. Mais avant de plonger dans les ténèbres, elle aurait pu jurer avoir vu un être humain se tenir devant elle.

Encore une fois, la demoiselle fut réveillée par la sensation d’être observée. Charlie avait l’impression d’avoir roulé du haut d’une colline, d’être passée sous un troupeau de cerfs ou autres animaux. Elle se sentait bizarre, comme si elle n''était plus elle-même. Et différente, elle ne savait pas comment expliquer cette sensation. Ce coup-ci, c’est un homme qui le regardait. Il devait avoir deux ou trois ans de plus qu'elle. Il la fixait, l’air impassible, blasé.

« Ça allait bientôt faire dix heures que tu dormais. Je n’ai jamais vu ça. »

Sa remarque la laissa perplexe et elle haussa un sourcil. Pour qui se prenait-il avec ses grands airs ? Et puis que faisait-il ici, devant moi, alors qu’il y avait une meute de loups des heures auparavant.  Elle se redressa et essaya de garder ses distances avec cet être plus qu’étrange. Puis un flash lui revint. L’arrivée dans ce camp étrange. La nourriture. Les quelques heures de sommeil. Le réveil. La morsure. La morsure ! Elle regarda son bras et rien. Il n’y avait plus rien du tout. Sa peau était lisse, pas même une cicatrice. Elle essaya de se pincer, elle devait être dans un rêve. Mais non. Tout ceci était bien réel. Le brun en face d'elle l’observait comme si elle était un animal de foire.

« Qui es-tu ? Et qu’est-ce que je fais ici ? Pourquoi tu n’as pas vu de loups ? Et pourquoi… »


Sa voix était tremblante. Elle était totalement paniquée. Elle prit sa tête entre les mains. Elle se dit qu'elle devait être en train de rêver. Alors qu'elle était perdue dans ses pensées, il se rapprocha d'elle et se retrouva à quelques centimètres de son visage. Il l’énervait tout autant qu’il l'intriguait.

« Tu vas bientôt le savoir. Viens dehors. Et appelles moi Warren. »

Charlie n'avait jamais été du genre à écouter tout ce que l’on lui disait. Elle était plus une rebelle, une tête-brûlée. Mais bizarrement, lorsqu’il s’est levé, elle sentait qu'elle devait le suivre. Non seulement elle le sentait, mais en plus elle en avais envie. Pour une fois, elle voulait obéir. Elle le suivit en dehors de la grotte et il faisait déjà nuit. La lune commençait son ascension mais ce qu'elle remarqua en premier furent les dizaines d’être humain devant elle. Elle se cachait derrière le brun mais il la mit devant lui afin de me montrer à camarades, ses confrères, sa meute.

« Présente-toi. »

Il lui avait ordonné. Et une fois encore elle ressentit le besoin de lui obéir.

« Alors… je suis Gabrielle et je.. »


Plus rien. Elle ne pouvait rien dire d’autre sur elle. C’est comme si elle avait tout oublié. Elle ne comprenait pas ce qu’il lui arrivait. Lorsqu'elle se tourna vers Warren, il avait un sourire satisfait sur le visage, amusé de la situation. Elle voulait  lui demander, lui poser des questions mais d’un coup, elle sentit son tibias craquer. Comme s’il se cassait de l’intérieur. Elle mit mon genou à terre dans un hurlement de douleur. Le deuxième fit pareil. Elle se retrouva les deux genoux à terre, hurlant de douleur. Elle leva les yeux vers Warren, le suppliant. Personne ne faisait rien. Ils la regardaient tous, souriants, satisfaits. Elle voulait leurs hurler de l’aider, elle voulait se relever mais impossible. Son dos se cambra en arrière, faisant craquer une à une ses vertèbres. Elle souffrait le martyr, elle n’en pouvait plus. Elle lança un énième  regard suppliant à Warren, le seul qu'elle ne connaissait un tant soit peu mais il ne fit rien et s’adossa à la paroi de la grotte. Il haussa les épaules et se contenta de dire :

« La première transformation est toujours la pire et la plus longue, Boucle d’Or. »

Ce surnom … Elle l'avait déjà entendu. Mais elle n'eut pas le temps d’y réfléchir que certains de ses os craquaient encore. Elle sentait aussi ses ongles s’allonger, ainsi que ses dents. Elle avait l'impression que sa mâchoire se brisait, s'étirait. Dans un dernier hurlement, tout cessa. Elle était désormais sur quatre pattes, avec un pelage blanc comme neige. Puis toutes ses voix. Elle entendait des tas et des tas de voix dans sa tête. « Ça a duré moins longtemps que ce qu’on avait parié », « on n’avait pas encore de loup blanc dans la meute». Et des tonnes d’autres commentaires dans ce genre. Mais par-dessus tout ce vacarme, une seule voix s’insinuait clairement dans son esprit. Une seule voix était au-dessus. La sienne. La voix de Warren.

« Bienvenue parmi nous Boucle d’Or. »

crackle bones
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Invité
Dim 29 Jan - 10:35

Histoire

part of a pack




Allongée dans l’herbe à regarder le ciel, Charlie faisait une rétrospective de sa vie depuis la morsure. Enfin elle n'était même plus sûre que c’était sa vie, elle avait l’impression de vivre la vie d’une autre. Tout avait tellement changé, elle avait tellement changé. Elle était devenue froide et violente. Elle n'hésitait pas à tuer. Charlie était devenue un véritable monstre. Mais ça, la blond en était fière. Elle ne savait pas ce qu’était sa vie avant, les quelques bribes qui lui restaient ne suffisaient pas à se rappeler de ce qu’il s’était passé avant le jour où elle est arrivée dans ce camp. Dans cette meute. Cela allait faire bientôt six ans qu'elle en faisait partie. Six ans où elle a tout appris de sa nouvelle nature. Six ans ça passe vite quand on y pense, elle n'avait pas vu le temps passer. Le fait de ne se souvenir de rien l’aidait à mieux accepter cette part animale qui vivait en elle. Elle savait contrôler le loup qui sommeillait en elle, les transformations se faisaient plus rapidement et sans douleur. De plus, jelle pouvait se transformer quand elle le souhaitait. La seule chose qu'elle ne pouvait contrôler était la soif de sang. La louve avait sans arrêt envie de tuer sous sa forme animale. Le moindre être vivant faisait une proie parfaite. Si elle a appris tout ceci sur elle, si elle a appris à, à peu près, se contrôler c’est uniquement grâce à une personne.  Warren. Il était l’Alpha de la tribu, celui qui choisit les nouveaux membres. Et il l’avait choisi. Bizarrement, elle avait l’impression de le connaître depuis toujours. Il y avait une sorte de lien entre eux, lien que lui-même ne pouvait pas expliquer. Elle ressentait ce qu’il ressentait, quand il était blessé ou quand il était heureux. Elle pouvait entendre toutes ses pensées, cela faisait un bruit de fond incessant dans son esprit. Et pourtant, malgré ce lien, la situation était tendue entre eux. Charlie ne voulait rien ressentir, elle ne voulait pas ressentir de l'amour, de l'affection, ou quoi que ce soit d'autre. Alors elle évitait son Alpha, malgré le fait qu'il l'appelait sans arrêt. Et plus les jours passaient, plus son côté rebelle prenait le dessus.

Cependant, elle aimait faire partie de la meute. Elle était le bras droit de l'Alpha et les autres la respectait autant qu'ils le respectaient lui. Alors elle en jouait. Lorsque Warren devait s'absenter, elle prenait le contrôle et petit à petit, elle a commencé à monter une mutinerie. Warren devenait de plus en plus distant, de plus en plus proche de The Witch. Et elle ne pouvait pas tolérer une telle chose. Elle, elle voulait résister, se rebeller. Se battre au côté du peuple marin. Elle ne voulait pas devenir un des chiens de cette sorcière. Jamais elle ne serait soumise, elle était libre comme l'air. Libre, et indomptable. Alors un jours, alors que l'Alpha était encore avec The Witch, elle a prit la décision de le tuer. Elle a parlé avec les autres membres de la meute, avec les Bétas. Elle savait que si elle le tuait, elle deviendrait l'Alpha. Et lorsqu'elle sera l'Alpha, elle ne se soumettra pas à la sorcière. Elle demanda aux autres de se taire, de ne rien dire, et fort heureusement, ils étaient en parfait accord avec elle. Il ne manquait plus que Warren. Oh, comme elle l'atttendait impatiemment, ce soir-là. La blonde était assise sur un rocher, en dehors de la grotte. Tout le monde était à l'intérieur, ils observaient la scène. L'Alpha se montra enfin, il ne savait pas ce qui allait lui arriver. Faussement mielleuse et adorable, Charlie s'approcha de lui, un grand sourire sur le visage. Elle commença à l'embrasser, le câliner. Il ne se doutait de rien, il la désirait tellement qu'il était aveugle. Puis elle sortit ses griffes et lui trancha la gorge. Warren tomba à terre, agonisant, hurlant le nom de la jeune femme. Elle se pencha alors vers lui et lui dit :

"Jamais tu ne nous feras nous soumettre."

Elle ricana et lorsque la Vie quitta entièrement le corps du jeune homme, elle sentit le pouvoir de l'Alpha entrer en elle. Elle sentit aussi ses souvenirs effacés revenir et ce fût de trop. Elle continua à mutiler l'ancien Alpha de ses griffes, elle voulait le faire payer encore plus. Mais il était déjà mort et bientôt, son corps n'était plus qu'en charpie. Elle sentit sa force s'accroître et elle ressentait tout ce que la meute ressentait. Du soulagement. De la joie.
Lorsqu'elle se retourna, ils  étaient tous à terre, à genoux, pour lui offrir obéissance et fidélité. Elle était l'Alpha à présent et elle allait les guider à la Résistance.




Depuis la mort de Warren, la  vie avait reprit son cours normal. Charlie faisait une Alpha admirable et toute la meute l'aimait, la considérait comme une mère, une sœur, une amie précieuse.
Elle n'était pas de ces Alphas durs envers la meute ou autoritaire. Oh non,
elle était tout le contraire. Une vague d'Exil orchestrée par la tyran a soufflé sur Vesta et si la meute y a échappé, c'est seulement parce que la sorcière ne savait encore pas pour la mort de son précieux chien. Mais lorsqu'elle l'a su, elle est entrée dans une colère noire. Elle voulait décimer la meute, Charlie, tout le camp. Pour protéger la meute et elle-même, la blonde a décidé de lever le camps, de changer de coin, de partir à l'opposé du pays. Ils faisaient désormais parti de la Résistance, ils n'acceptaient pas le régime de The Witch. Ils prirent alors leurs formes animales et ils ont traversé le continent jusqu'à rejoindre la mer. C'est là qu'ils allaient trouver du renfort, elle le savait. Une fois arrivés au bord de mer, les loups reprirent forme humaine et Charlie s'avança dans l'eau, demandant à voix haute à voir Triton, chef des océans, chef des Résistants. Elle voulait en être, elle voulait se battre. Lorsque le Roi est apparu, elle s'est agenouillée par pure politesse et ses frères et sœurs de sang ont fait de même. Puis après de longues heures de discussions, il a accepté toute la meute dans ses rangs. Soulagement. Il a alors confié à Charlie la mission de surveiller les terres et de surtout, ne jamais établir de camps. Ils étaient nomades désormais. La Résistance était lancée à présent et rien ne pouvait les arrêter. Ils reprirent tous forme animale et commencèrent alors à vadrouiller dans les terres. Ils faisaient attention de ne pas être repérés ou pris. Dans les villages, ils reprenaient tous forme humaine, pour ne pas effrayer la population. Boucle d'Or était fière d'elle. Elle a vengé les siens, elle a retrouvé une famille et elle faisait ce qu'elle a toujours aimé faire :  se rebeller contre l'autorité.  

crackle bones
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en hautPage 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Le "où est charlie" façon samoyède
» Amour en cage //phisalis//coqueret
» les poignées d'amour
» Elegante, Amour de Galgos Mâle de 3ans
» l'amour maternel c'est beau !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
-Absit Omen- :: Le tri sélectif :: La salle des archives :: les fiches de présentation-
Sauter vers: