RSS
RSS



 

Rien n'arrive par accident - Oogway

 :: Connaître le Monde :: Se présenter :: les admis Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
avatar
Écus d'Or : 290
Âge : 54 ans

Mon Histoire :
Hier est derrière,
demain est mystère,
et aujourd’hui est un cadeau,
c’est pour cela qu’on l’appelle le présent.

Schizophrénie : bientôt
Messages : 100
Date d'inscription : 12/10/2017
Localisation : Riorim
Jeu 12 Oct - 21:34

Zhen Xuan

yesterday is history, tomorrow is a mystery, but today is a gift.
That is why it is called the present.


nom.Xuan
prénom. Zhen
âge. 54 ans
conte. Kungfu panda
personnage. Oogway
date et lieu de naissance. Né dans la vallée de la paix, une région de la citée interdite, persuadé d'être né à Riorim depuis son exil sur l'île
situation.Veuf
orientation. Hétéro
fonction/profession. ancien maître de kung-fu, à présent acupuncteur
pouvoir(s). En tant que maître kungfu, les pouvoirs que possèdent Zhen sont en rapport direct avec une énergie qu'on nomme le 'ki', présent dans tout les êtres vivants. Zhen a apprit à prendre conscience de cette énergie grâce à des années d'entraînement.

Frappe de Ki : En frappant certains points dans le corps, Zhen peut influencer sur la circulation du Ki d'une personne. Dans sa démonstration la plus extrême, cette technique peu paralyser certains muscles. C'est un art qui demande beaucoup de précision car les points d'énergie en question sont minuscule. Il utilise à présent ce savoir pour apaiser les douleurs via l’acupuncture.

Harmonie : Si la frappe de Ki demande de la précision, l'harmonie demande une énorme concentration. Il s'agit de se concentrer sur son propre Ki afin d'augmenter son agilité et sa rapidité. Ce pouvoir pousse temporairement son corps à sa capacité maximum, mais il reste dans les limites qu'un humain puisse accomplir. Par exemple, il ne sera pas plus rapide qu'un être doté d'une rapidité ahurissante ou plus fort qu'une montagne de muscle. Lorsqu'il relâche sa concentration, la fatigue de l'effort le rattrape d'un coup.

objet(s) magique(s). aucun
groupe. les exilés
avatar. Donnie Yen

Anecdotes


Serein/Zen + Optimiste + Joyeux + Contemplatif + Patient + Naïf + Attentif + Altruiste/Idéaliste + Souriant + Sensible + Peu se montrer insouciant, intrépide et imprudent lorsqu'il s'agit d'aider les autres + Certain le qualifie d'excentrique + Cérémonieux + Franc + Simple dans sa façon de vivre + Magnanime + Obstiné + Son sourire paisible cache un esprit aiguisé qui ne manque pas de réparti ni, parfois, de ruse lorsqu'il y est contraint.

"Je vous sers du thé ?" est devenue une question que redoutent ces visiteurs pressés. Zhen estime qu'un bon thé prend du temps. Ce n'est pas au point de suivre le rituel japonais, mais presque.

Il semble d'un calme à toute épreuve, mais un signe indicateur de la limite de sa patience et de le voir doucement tournée les perles de son bracelet bouddhiste attaché à son poignet. Passez le long des 108 perles qui le composent l'aide à retrouver progressivement son calme.

Il peut arrêter sa marche pour admirer la danse d'une feuille portée par le vent.

Il porte toujours son alliance.


questionnaire.

Votre avis sur la magie ?
Mitigé. Je reconnais qu'elle peut apporter des bienfaits entre des mains pacifiques, mais, j'en garde l'image d'une arme à double tranchant, à la fois tentante et dangereuse. Dans mes jeunes années, j'y voyais la facilité et traitais de lâche ou de fainéant ceux qui en faisait usage. Mon jugement s'est adouci avec le temps. Je peux comprendre l'attrait que représente la magie. Tout comme je l'ai trop souvent vu pervertir leur utilisateur et avoir des conséquences même lorsqu'elle est guidée par la personne la plus pure qui soit. En dehors des terres de la cité interdite, on prend ma manipulation du ki pour de la magie, ce qui me fait toujours sourire. Il est vrai que, tout comme la magie, l'utilisation de mes techniques n'est pas sans conséquence.

À présent maudit et exilé, pour moi, la magie n'est que superstition d'un temps révolu.

Quelle était votre place avant le conflit avec The Witch ?

Bien avant le conflit avec The Witch, j'étais un maître de kung-fu dans un endroit paisible appelé très justement la vallée de la paix. Puis arriva le moment où mon élève, Shifu, dut affronter sa plus terrible épreuve. Une leçon qu'il devait malheureusement apprendre tout seul. Ne pouvant rien faire de plus que de croire en lui, j'ai quitté les terres protégées de la citée interdite et j'ai parcouru les différents royaumes en apportant mon aide à tous ceux qui semblait en avoir besoin, me concentrant en dehors de cela à la méditation et à l'entraînement. Ma vie ressemblait beaucoup à celle d'un ermite. J'aidais sans prêter attention à l’allégeance de la personne. Qui étais-je pour juger ? Devais-je refuser d'offrir de l'aide à quelqu'un sous prétexte d’idéaux différent ? Même le pire meurtrier pourrait apprendre quelque chose s'il recevait un geste de compassion. L'avenir me dira si j'ai eu raison ou tord dans mon attitude.

Voulez-vous vivre autre-chose que cette vie ?

Quand on est jeune, on est en constante recherche de changement et perpétuellement insatisfait de sa vie. Le temps se charge de vous faire regretter ce comportement. Le temps, le destin ou la fatalité, je ne sais pas quel mot choisir comme responsable à ce qui m'a fait réaliser mon erreur. J'ai aimé une femme comme jamais plus je ne le ferais. Nous avions des rêves, des envies de dépasser cette vie insulaire, comme tout les jeunes couples, sans doute. La mort de ma femme m'a fait réaliser qu'à force de se projeter dans l'avenir, on oublie de se concentrer sur le moment le plus important : le présent. J'essaye de me souvenir de la manière qu'elle avait de froncer les sourcils quand elle était contrariée, de sa manière de servir le thé, tout ces détails que je veux chérir, mais que je ne peux pas, car je les voyais à l'époque comme des gestes du quotidien qui ne méritait pas qu'on s'y attarde. J'y vois une leçon dont je m'efforce chaque jour d'en appliquer la conclusion. Me satisfaire de ma vie et savourer l'instant présent.


crackle bones


Derrière l'écran
pseudo. Mushette
prénom. Mushette
âge. :p
pays. un plat pays nommé belgique
fréquence de connexion. aussi souvent que possible
inventé ou scénario. inventé
comment avez vous connu le forum. je viens de nkl
code du règlement. code ✔️︎ by louis
commentaires. aucun pour l'instant
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Écus d'Or : 290
Âge : 54 ans

Mon Histoire :
Hier est derrière,
demain est mystère,
et aujourd’hui est un cadeau,
c’est pour cela qu’on l’appelle le présent.

Schizophrénie : bientôt
Messages : 100
Date d'inscription : 12/10/2017
Localisation : Riorim
Jeu 12 Oct - 21:36

Histoire

C'est sur le chemin où on l'attend le moins qu'on rencontre son destin.




L'histoire d'Oogway commence dans la guerre et les conflits. Coupé des tracas extérieur, la cité interdite était traversés par ces propres batailles et, surtout, par les envies d'unification de l'empereur de l'époque. Oogway grandit dans la précarité. Ses parents ne se plaignaient jamais, serrant les dents, se débrouillant avec leur maigre ressource et nourrissant l'espoir que les choses s'arrangent. L'enfant qu'il était avait du mal à suivre cet exemple, à accepter le sort et prier les grands ancêtres pour que demain soit meilleur. Pourquoi prier des morts au lieu d'agir soi-même ? De la même manière, il ne comprenait pas pourquoi on le grondait lorsqu'il essayait d'améliorer leur repas en volant un peu de nourriture. Ce n'était pas grand chose, un bol de riz, un fruit, une pomme de terre, juste de quoi agrémenter leur repas qui restait frugal, pourtant son père le punissait comme s'il avait volé un trésor impérial !

Cela fit naître un profond sentiment d'injustice, ce qui le rendit irritable et bagarreur. Puisqu'il était puni lorsqu'il cherchait à en faire profiter sa famille, il gardait ses butins pour lui. Le petit cocon familial lui devenait de plus en plus insupportable. Alors qu'il entrait dans l'adolescence, la famille s'agrandit. Pas longtemps, hélas, car le bébé ne survécut pas à l'hiver qui suivit. Sa mère échappa de très peu à la même fin, tellement l'accouchement l'avait affaiblit. Oogway fut envahi par le remords. Il repensait à son comportement devenu égoïste à cause d'un monde qu'il trouvait injuste. Aurait-il pu faire quelque chose pour aider sa petite soeur à survivre ? Était-ce sa faute ? N'aurait-il pas dû partager ses larcins avec le nouveau né au lieu de tout garder pour lui ? Honteux, incapable de supporter le regard de ces parents, voyant des reproches là où il n'y en avait pas, il partit sans laisser un mot; sans justifier son geste, la culpabilité nouant sa gorge.

Il vécut à la dure, tantôt s'alliant avec des jeunes de son âge qu'on pouvait ranger facilement dans la case 'mauvaises fréquentations', tantôt luttant contre eux pour un bon repas ou un coin protégé de la pluie pour dormir. Ses nuits restaient agitées, toujours rongées par la culpabilité d'avoir abandonné sa famille. Pourtant, l'idée de rentrer chez lui était aussitôt chassée de son esprit. Il se durcit et développa un certain talent au combat. Il était agile et savait encaisser. Sa vie changea lorsque des recruteurs engagèrent (de grès ou de force) tous les garçons en âge pour gonfler les rangs de l'armée impériale. C'est ainsi que sa vie devint une longue suite de batailles.

Oogway semblait avoir trouvé sa vocation. Sous les ordres de l'empereur, il avait l'impression de faire changer les choses dans le bon sens. Leurs ennemis, les Huns, étaient forcément maléfiques. Les vaincre apporterait la paix tant attendue sur l'ensemble des terres. Parmi les soldats, il se lia d'amitié avec Kai, qui partageait ses convictions ainsi que sa rage durant les batailles. Ils furent rapidement inséparables, des frères de coeurs et de redoutable adversaire pour l'ennemi lorsqu'ils joignaient leurs forces. Les années passèrent, le conflit s'éternisait, pourtant jamais ils ne remirent le projet de leur empereur en question. Leurs réputations grandirent, au point que la simple évocation de leur nom pouvait semer la terreur parmi l'ennemi. Victoire après victoire, l'armée Huns fut mises en déroute par-delà la muraille. La paix ! Enfin ! Oogway et Kai commirent alors une erreur de jugement qui allait changer le cours de leur destin : ils se reposèrent sur leurs lauriers, ignorant qu'il fallait se méfier d'un ennemi qui n'avait plus rien à perdre.

Le chef des Huns de cette époque voulait briser ce duo de guerrier qui avait changer le cours de cette guerre. Tant qu'ils seraient en vie, tout projet de conquête de la cité interdite semblait condamné à l'échec. Une poignée d'assassins fut envoyée contre eux. Oogway fut gravement blessé durant cette embuscade. Ces plaies étaient non seulement profondes, mais la lame qui les avait infligés était empoisonnée. On aurait beau panser ces blessures, il était impossible de stopper la progression du poison. C'est ce que le guérisseur annonça à Kai lorsqu'il y porta son ami. Oogway affaiblit par ces blessures était prêt à accepter sa mort tandis que Kai refusait ce verdict. Il porta son frère de coeur de village en village dans l'espoir de trouver une personne capable de faire un miracle. Invariablement, le verdict restait le même, tout juste lui conseillait-on un moyen de ralentir la progression du poison, retarder l'inévitable, pourtant Kai s'entêtait. Une rumeur parlait d'une vallée cachée dont les habitants maîtrisaient une énergie mystérieuse capable d'accomplir des miracles. Personne n'avait réussi à la trouver, tant la montagne était dangereuse. Il en fallait plus pour décourager le guerrier, malgré les suppliques d'Oogway de ne pas se lancer dans un périple aussi dangereux.

Le voyage faillit leur être fatal à tous les deux. La montagne était déjà dangereuse seul, alors pour quelqu'un transportant un blessé... À un moment, le froid des hauteurs et le poison continuant son chemin dans ses veines  firent perdre connaissance au blessé. Il sombra avec la certitude de ne jamais se réveiller. Oogway se réveilla dans un endroit paradisiaque, ses blessures étaient panser et il ne sentait plus les effets du poison.

Durant sa convalescence, il eut tout le loisir d'en apprendre plus sur cette fameuse énergie mystérieuse nommée ki qui était à l'origine de sa guérison miraculeuse. Ce n'était pas de la magie, comme le disaient les rumeurs concernant la vallée, il s'agissait d'une énergie présente en toute chose. Seule une âme en paix avec soi-même pouvait la percevoir. Lin, la charmante demoiselle qui l'avait soigné, fut une excellente instructrice. Oogway admirait la sérénité et la douceur qui émanait de sa sauveuse. Il n'avait connu qu'une vie précaire puis la rudesse des champs de bataille, jamais il n'avait entrevu la possibilité d'une vie paisible, pourtant, lorsqu'il était seul avec Lin, il arrivait à se projeter dans un tel avenir sans problème.

Les deux frères d'armes restèrent dans la vallée et eurent l'immense privilège d'apprendre la maîtrise du ki. Oogway désirait apprendre pour ensuite partager ce savoir guérisseur. Kai, quant à lui, était motivée par des desseins plus sombre. Il voyait l'application militaire de cette technique. Il réussit à convaincre son ami de l'utilité de sa démarche, déclarant que ce ne serait que dans un but défensif et non-belliqueux. Oogway se laissa aveuglé par ce discours. Comment pourrait-il douter de l'ami qui avait risqué sa vie pour sauver la sienne ? Il continuait d'y croire alors qu'ils inventèrent ensemble un art martial basé sur le savoir acquis dans cette vallée. en parallèle, il se rapprocha de Lin et les deux amoureux ne tardèrent pas à se marier. L'avenir semblait sans nuage.

Jusqu'au jour où Kai lui montra une technique qu'il avait inventé. Elle consistait à voler le ki présent dans la nature ou chez l'ennemi pour accroître ces propres capacités. "Quels ennemis ? La guerre est finie, Kai !" Commenta Oogway, horrifié par l'invention de son ami. Malheureusement, son frère de coeur resta sourd à ces tentatives de régler cette divergence d'opinions de manière pacifique. Alerter par le bruit, Lin vint lui prêter main forte, suivit par les autres maîtres. La folie de Kai semblait impossible à calmer, encore moins à stopper. La lutte fut terrible. Sans pitié, Kai volait l'énergie de ces adversaires et augmentait sa force. Ce n'est que lorsqu'il ne resta plus que son ancien ami que le poing du guerrier se montra hésitant, hésitation qu'Oogway n'eut pas et put mettre à profit. En se servant des techniques apprises dans cette vallée, il immobilisa Kai en appuyant sur des points précis de son corps avant de finalement porter le coup fatal.

Oogway descendit de la montagne aussi bien détruit physiquement que mentalement. Il avait perdu son amour, il avait été obligé de tuer celui qu'il avait considéré comme un frère. Le fait qu'il était à présent le seul détenteur de la maîtrise du ki fut la seule chose qui l'empêcha de sombrer. Ce savoir ne devait pas disparaître. Il voyagea jusqu'à trouver un endroit paisible nommée la vallée de la paix. Là-bas, il enseignait son art à Shifu. Si son élève se montrait fort talentueux dans son apprentissage du kungfu, il n'arrivait jamais à atteindre la paix intérieure nécessaire pour arriver à maîtriser le ki. L'esprit de Shifu était trop concentré sur des questions sans importance, comme de savoir quel était le but ultime de cet apprentissage. Le but ultime ? Est-ce qu'un poisson a besoin d'un but ultime pour nager ? Un oiseau pour voler ? Seulement Shifu ne se satisfaisait pas de ces réponses saugrenues. C'est ainsi qu'Oogway confectionna un rouleau richement décoré et inventa l'existence du guerrier dragon. Le rouleau contenait son ultime leçon, en cela, il disait la vérité, peut-être avait-il légèrement menti en affirmant que les personnes indignes deviendraient aveugle si elles tentaient de lire le rouleau, mais c'était uniquement pour s'assurer que l'ouverture du rouleau se déroulera au moment venu. À partir de ce petit mensonge, la légende du guerrier dragon prit des grandeurs disproportionnées, chacun y ajoutant un détail de son cru, ce qui attira d'autres maîtres du kungfu. Le sanctuaire devint un lieu d'échange en plus d'apprentissages.

La vallée de la paix portait bien son nom. Le temps s'écoula sans qu'aucun trouble ne vienne perturber le calme. Oogway avait fini d'enseigner ce qu'il savait et Shifu prit à son tour des élèves. Le fondateur de ce sanctuaire pouvait se consacrer à la méditation en se contentant d'intervenir avec ces conseils farfelus lorsqu'il sentait que cela était nécessaire.

Il s'était juré de ne plus jamais utiliser la technique qui l'avait aider à vaincre Kai. Un serment qu'il dut briser lorsque Tai Lung voulut prendre le rouleau du guerrier dragon par la force. De la même manière, il immobilisa le fils adoptif de Shifu, mais, cette fois, il ne porta pas le coup final. Tai Lung fut conduit à la prison Chorh-Gom. Avec les années, cette histoire ne devint qu'un vague souvenir pour les habitants de la vallée. Pas pour Shifu. "Le guerrier dragon apportera la paix dans ton coeur." Lui assura son maître. Quelqu'un capable de comprendre la signification du contenu du rouleau pourra enseigner cette sagesse à Shifu, c'était certain. Sauf que ce dernier comprit cette phrase de travers. Élever un de ces apprentis au rang de guerrier dragon devint son obsession. Il s'éloignait un peu plus chaque jour de la paix intérieure qu'Oogway essayait de lui enseigner.

Que pouvait-il faire pour aider son élève ? Oogway se posa longtemps la question. En réalité, il connaissait la réponse depuis tout aussi longtemps et redoutait simplement de le faire. D'une certaine façon, en créant la légende du guerrier dragon, il avait posé le premier domino qui avait abouti à cette situation. Maintenant, il ne lui restait plus qu'à effectuer la pousser qui entraînerait une nouvelle suite d'événements. Oogway convoqua Shifu pour lui annoncer qu'un jour Tai Lung s'évadera et que seul le guerrier dragon pourra le vaincre. Shifu vit une prophétie là où il n'y avait que probabilité, ce qui enclencha son destin.

Un tournoi fut créé afin d'aider Oogway à désigner le guerrier dragon. Sauf qu'au moment où il s'apprêtait à élire Tigresse, ce fut un intrus qui tomba juste devant elle. Shifu y vit un accident, mais Oogway savait d'expérience que le hasard n'existait pas. Après avoir donné ces derniers conseils et guider le jeune Po, il dut faire une chose difficile mais nécessaire : partir. Il demanda à son élève d'y croire. Cette recommandation énigmatique était aussi valable pour lui-même. Il devait croire en Shifu et en ceux qu'il avait formé. Il ne pouvait pas éternellement les guider. Certaines leçons ne pouvaient être apprises que par ces propres moyens. Afin de ne pas être soumis à la tentation d'intervenir, Oogway quitta les terres de la cité interdite.


Personne ne savait qui il était, rare étant ceux qui connaissait sa réputation à l'évocation de son nom puisque cette réputation avait été construite et était rester derrière la célèbre muraille de la cité interdite. Oogway voyageait beaucoup, négociant une nuit à l'abri contre des services, quand il ne dormait pas à la belle étoile, il lui arrivait parfois de mendier pour de la nourriture. Il aidait tout ceux qui en avait besoin, que la personne soit un bandit, un chevalier ou un simple villageois. Il apprit beaucoup de nouvelles choses en ces terres étrangères. La nature, les gens, les coutumes, chaque nouveau royaume étaient différents et offraient de nouvelles perles de sagesse. On n'est jamais trop vieux pour apprendre quelque chose.

Sa maîtrise du ki n'était utilisé que pour son utilisation première : celle de guérir. Il n'utilisait plus cet art dans un but guerrier. Oogway avait laissé sa vie de combattant derrière lui. Lorsqu'il était contrait de se battre, il se contentait d'esquiver indéfiniment, retournant la force de l'adversaire contre lui jusqu'à ce que celui-ci s'épuise ou ne renonce. Il ne voulait plus prendre parti et ne le fit pas alors que la guerre contre la sorcière éclata. Lui se contentait de conserver son errance, aidant ceux qui n'avaient rien demander dans ce conflit, mais qui en subissait les conséquences. Durant cette période, peut-être a-t-il aidé des personnes qui deviendront mauvaises ou l'étaient déjà, peut-être que sa neutralité n'eut pas autant d'effet bénéfique que s'il avait clairement pris parti pour un camp, seul l'avenir pouvait le dire.

La guerre prit fin. Les rebelles furent traqués jusqu'au dernier. Un détail qui n'aurait pas dû perturber sa ligne de conduite, sauf qu'il apprit que les Cinq Cyclones, les élèves de Shifu, avaient aidé les rebelles et étaient également rechercher. Oogway ne pouvait pas rester sans rien faire. Ces jeunes étaient comme ces élèves. Ils les avaient vu grandir et devenir des maîtres. Ils étaient l'avenir du kungfu. Voilà pourquoi il se rendit auprès de la Sorcière avant que les Cinq ne soient capturés.

"Ils n'ont fait que suivre une voie que j'ai tracé. J'assume l'entière responsabilité de leurs gestes. Punissez-moi à leur place, je vous en prie." Dit-il en s'inclinant devant la Sorcière. Et se fut son dernier souvenir en tant qu'Oogway.


crackle bones
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Écus d'Or : 290
Âge : 54 ans

Mon Histoire :
Hier est derrière,
demain est mystère,
et aujourd’hui est un cadeau,
c’est pour cela qu’on l’appelle le présent.

Schizophrénie : bientôt
Messages : 100
Date d'inscription : 12/10/2017
Localisation : Riorim
Jeu 12 Oct - 21:41

Histoire

no matter what you do, that seed will grow to be a peach tree.
You may wish for an apple or an orange, but you will get a peach.





Il y a une génération, plusieurs familles quittèrent la Chine afin de poser leurs valises sur l'île de Riorim. Pourquoi ? Zhen s'était posé cette question pendant toute son enfance et son adolescence. Né sur cette île, il ne comprenait pas pourquoi ses parents avaient choisi cet endroit pour démarrer une nouvelle vie. Ce qui nourrissait son incompréhension dans ce choix, c'était qu'ils vivaient dans un ersatz de cette lointaine Chine qu'il ne connaissait que via les chansons et les récits nostalgiques contés par sa mère. Ils restaient entre 'eux', il était rare de trouver quelque chose écrit autrement qu'en sinogramme. À côté de cela, son père prônait l'intégration, comme s'il était incapable de faire un choix, laissant la jeune génération le cul entre deux chaises. Plus vraiment chinois, pas vraiment rimois. Le meilleur exemple était l'école de kungfu qu'avait créer son père. L'art martial était un point important de leur culture, techniquement, cet apprentissage était ouvert à tous, sauf qu'ils se retrouvaient invariablement entre eux, voir quelqu'un d'autre créant une sorte de malaise imperceptible, mais bien présent.

Son père était le pilier de leur petite communauté. Les membres de celle-ci écoutaient ces conseils et ils venaient chez lui en cas de problème. Enfant, il admirait ce père qui semblait parfait, toujours souriant et avec un calme qui semblait inébranlable. Un jugement qui s'effrita avec le temps tandis qu'il souffrait de cette double culture. Par exemple, le fait d'avoir su parler chinois avant tout autre langue parce qu'on ne parlait que cela à la maison (pareil pour l'écriture) lui apporta des difficultés scolaires. Niveau social, ce n'était pas mieux. On se moqua de ces erreurs, jusqu'au jour où il fit parler ces poings. Il décida vite de s'imposer par la force puisqu'il ne pouvait le faire par l'esprit. Très jeune, il avait appris le kungfu. Son père espérait lui apprendre à trouver son équilibre, lui qui se plaignait de ces racines partagées. À la place, le garçon s'en servait pour faire cesser les envies de moqueries. À ces yeux, le respect qu'il obtenait avec cette méthode valait toutes les heures de colle du monde. Il se moquait des sermons et punitions de son père. "De toute façon, dès que je suis assez grand, je m'en vais d'ici !" Disait-il toujours.

Un projet qu'il partageait avec son meilleur ami, Kai, et avec sa voisine, Lin. Ils traînaient souvent au port, tout les trois, à s'imaginer la vie par-delà l'île. Que feraient-ils ? Où iraient-ils ? Ce genre de choses qui leur donnait l'impression que tout serait possible dès le moment où ils s'imaginaient ailleurs qu'ici.

Son père se disait que ce n'était qu'une passade qui passerait avec l'âge. La jeune Lin semblait être l'exemple parfait pour renforcer ce sentiment. Avec les années, elle était devenue la plus sage du trio, jouant la voix de la sagesse auprès des deux garçons qui s'obstinaient dans leur rêve insensée. Elle semblait s'être fait une raison et aidait sa mère dans sa petite boutique de fleurs avec l'idée de prendre le relais lorsqu'elle sera en âge de le faire. Puis se fut le tour de Kai qui laissa parler son ambition, en disant qu'il allait mener la belle vie ici puisqu'il semblait impossible de partir. Au final, leur trio soudé à la vie à la mort ne survécut pas à la fin de l'adolescence. Chacun suivit son chemin, ce qui laissa un sentiment d'amertume et de frustration dans le coeur de Zhen.

Lui continuait de s'entêter dans son projet. Chaque argument contre ne faisait que renforcer sa détermination. Il refusait de s'enraciner sur cette île ennuyeuse. Il enchaînait les petits boulots, mettaient de côté le moindre sou possible, à chaque fois un travers de la vie l'obligeait à vider cette cagnotte comme si le destin voulait l'empêcher de réussir. Son appartement était petit, mais il s'en moquait, de toute façon, il n'y restait que pour dormir et surtout pouvoir couper les ponts avec sa famille. Plus son projet s'enlisait et plus il devenait irritable, voulant cogner la moindre personne qui le regardait de travers. Il déversait sa rage contre son matériel d'entraînement, la pratique du kungfu était le seul lien qu'il conservait avec son passé, mais cela ne suffisait pas. Il semblait en vouloir à la terre entière.

C'est dans ces conditions qu'il retrouva Kai. Zhen se trouvait au fond du caniveau à décuver le verre de trop tandis que son ancien meilleur ami resplendissait dans son costard hors de prix. Les banalités des retrouvailles échangées, il lui parla des catacombes où on pouvait gagner gros si on savait miser sur la bonne personne. "D'ailleurs, en parlant de ça, tu es toujours autant un As au kungfu ? Je me souviens qu'avant, personne n'osait t'affronter." Bien sûr, c'était uniquement pour cela que son ancien ami était venu le trouver, et non en souvenir du bon vieux temps ou pour lui faire profiter de sa bonne fortune comme il le prétendait. Zhen ne s'en formalisa pas. On lui promettait de l'argent et de quoi déverser toute sa rage. Pourquoi refuser ?

Sa vie devenait moins chaotique. Il rêvait toujours de partir, sans arriver à nier qu'il aimait cette nouvelle vie parsemé de combat. Dans ces catacombes, il se sentait à sa place, le roi de l'arène. Il était rapidement l'homme à abattre, le champion invaincu. Quel que soit le défi qu'on lui trouvait ou le nombre d'adversaires, il finissait toujours au centre du ring improvisé, le poing levé comme s'il provoquait le sort d'oser le faire choir de ce piédestal. Au point qu'on devait espacer les combats, de peur de lasser le public, juste le temps de trouver un nouveau défi. Zhen commençait à avoir des amies de façade et des amourettes sans lendemain. Ce dernier point l'avait conduit à revoir Lin, qui avait effectivement repris la boutique de fleurs de sa mère. Rien de plus que les échanges de politesse. Zhen lui en voulait toujours un peu que la garçonne manquée qui n'avait jamais peur de rendre les coups était devenu une femme sage et trop propre sur elle. Comme il se trompait !

Il y eu un nouveau challenger, ou plutôt une nouvelle. Portant une cagoule digne d'un ninja, ne disant pas le moindre mot et disparaissant dès la fin du combat. Au début, Zhen avait cru à une mauvaise blague lorsqu'on lui en parla. Puis, il avait assisté à un de ces combats et il fut bien obligé de prendre cette histoire au sérieux, surtout lorsqu'elle enchaînait les victoires. Ce qui l'intriguait le plus, c'était que le style de ce challenger était similaire au sien. Qui était-elle ? Il espérait bientôt le savoir puisqu'un combat entre la star montante et le champion invaincu semblait inévitable.

Il parait qu'aujourd'hui encore, on en parle, de ce fameux combat, Zhen n'y croit pas trop. Certainement des exagérations dans le but de le flatter. En tout cas, ce jour-là, il eut sa réponse concernant l'identité de la mystérieuse combattante. Un coup de paume évité de justesse par son adversaire et sa main se referma sur l'étoffe couvrant le dessous de son visage. La surprise figea son geste lorsqu'il découvrit que son adversaire n'était autre que Lin.

On aurait pu croire à un Happy End : et c'est ainsi qu'ils découvrirent qu'ils n'avaient jamais été différents, ils se marièrent et ils vécurent heureux à jamais. En effet, dans un premier temps, on aurait pu y croire. En tout cas, eux, ils y crurent. Malheureusement, la vie n'était pas comme dans un conte pour enfant. Dans la réalité, les leçons pouvaient être douloureuse autant que les conséquences ne peuvent être effacées par la baguette magique d'une bonne fée passant par là.

Ils étaient un jeune couple fraîchement unis par les liens sacrés du mariage, ayant la vie devant eux. Leurs erreurs furent de se projeter dans un avenir incertain plutôt que de profiter de l'instant présent, désirant mieux au lieu de savourer le bonheur d’être ensemble. Zhen se souvient encore de chaque détail ayant conduit à cette tragédie, refusant d'oublier ce qui s'était passé cette nuit-là. Ils revenaient tout deux des catacombes, parlant des combats du jour puis d'autres banalités. Leurs pas les avaient conduits vers le port et la discussion glissa vers le souvenir des innombrables moments passés ici avec Kai, à contempler l'horizon en rêvant de partir d'ici.
"Pourquoi pas le faire maintenant !" Lâcha Zhen, encore grisé par le combat qu'il venait d'emporter, qui le poussait à croire que tout était possible. Lin rigola, se demandant si son mari était sérieux. "Bien sûr ! On prend un bateau et en route vers l'aventure." Insista-t-il.

Pourquoi avait-elle acceptée ? Il ne creusait jamais cette question, ne voulant pas chercher un autre coupable que lui-même. C'était sa faute, entièrement. Il avait été si insouciant. Il n'aurait jamais imaginé qu'une innocente balade pouvait prendre une tournure aussi tragique quand on avait aucune notion de navigation. Dompter les vagues pour fendre l'eau demandait une formation qu'il n'avait pas, pire, qu'il estimait ne pas avoir besoin d'avoir. Arrogant comme il l'était à l'époque.

Le début de cette petite croisière improvisée se passa bien. Quelques maladresses qui provoquèrent quelques rires, mais rien d'alarmant. La mer s'agitait à mesure qu'ils s'éloignaient du port. Un détail qu'ils ne réalisèrent que trop tard, quand la mer fut véritablement déchaînée et que les vagues semblaient vouloir les pousser vers le rivage. C'est à partir de là que ces souvenirs devenaient flous, alors qu'il se souvenait parfaitement de ce qui avait conduit à cette tragédie. Il voit encore le visage de Lin, terrifiée, qui criait son nom. De sa main qui glissa au moment de saisir la sienne. Puis plus rien.

Il avait survécu par miracle, payé les conséquences de sa folie. Il était à présent un homme neuf qu'on a bien du mal à associé avec le combattant tête brûlée et provocateur qu'il était avant la perte de sa tendre Lin. Il a changé, appris de ces erreurs. L'accident lui a coupé toute envie de quitter l'île. "Tu ressembles à ton père." Lui avait dit Kai, sur un ton de reproche, dans une tentative de le ramener à son ancienne vie. Seule chose que Zhen ne pouvait concéder. "Lin aurait voulu..." Avait-il poursuivi, tentant une autre approche. Zhen l'interrompit aussitôt. "Ne parle pas en son nom." Avait-il dit avec calme, même s'il s'était crispé en entendant le nom de sa défunte femme. Avant, il aurait certainement fait cette interruption à coup-de-poing, ami ou non. "Tu ne peux pas savoir ce qu'elle en aurait penser, personne ne le sait. Elle est morte et l'homme que j'étais est mort le même jour. Si tu es mon ami, alors tu respecteras ma décision." Répondit-il, simplement, avec une pointe de tristesse, car il savait que cette discussion mettrait fin à leur amitié.

Ne plus combattre alors que cela avait représentant un gros aspect de sa vie pendant des années fut difficile. Au fond de lui, il sait autant qu'il redoute que les combats font parti de lui et qu'il ne pourra jamais totalement y renoncer. Tout, comme y retourner rouvrait de vieilles cicatrices dans son coeur éternellement en deuil. C'est pourquoi il a préféré se retirer de toute tentation. Il est revenu habité dans son quartier natal, à étudier et ouvert un modeste cabinet d'acupuncture. Il vit juste au-dessus dans un appartement contenant le minimum. L'homme en bois, le mannequin qui sert d'entraînement à la pratique du kungfu reste comme ultime témoignage de son ancienne vie dans un coin de sa modeste chambre, mais il est incapable de s'en débarrasser. Il lui arrive souvent de s'entraîner, bien qu'il le nie. En échange de ce changement radical de style de vie, il a gagné une certaine sérénité qu'il ne pouvait atteindre avant.

Aux catacombes, il a gardé la réputation d'un champion invaincu, quasiment une légende. Il soupçonne qu'on exagère un peu dans le but de lui arracher une démonstration. Il le sait, car, malgré sa résolution de couper les ponts avec son ancienne vie, il n'a pu totalement s'y résoudre. Zhen reste là pour Izobel si elle a besoin d'un avis neutre. Les excuses qu'elle trouve pour faire croire que les conseils demandés s'appliquent à une amie et non à elle-même l'amuse toujours. C'est un lien précieux qu'il ne veut pas couper à cause de sa promesse. Peut-être qu'il pourra l'aider et éviter de vivre une nouvelle tragédie ?


crackle bones
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Invité
Jeu 12 Oct - 22:23
Bienvenue et bonne chance pour ta fiche et j'adore ton personnage *-*
J'espère que tu seras apaisé ( ;) ) quand tu l'auras terminé =3
Invité
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Écus d'Or : 715
Âge : vite

Mon Histoire : il était un petit navireuh qui n'avait ja-ja- jamais naviguey ohey ohey
ohey oheyyyy matelot ! mateloe naviiiigue sur les flooooots !


Un jour, j’aurais la foi de refaire mon profil que Robyn à pourri What a Face un jour... xD
Schizophrénie : dragou le glouglou - harris la brioche - ebouny le bounty - Vael Moreau
Messages : 637
Date d'inscription : 15/01/2017
Ven 13 Oct - 7:09
Aaaah mais que je suis gaie de vous voir !
Ma mushette !!! Coeur tellement hâte de voir ce que tu vas me faire ! hâte hâte hâte ! Ca a intérêt à être parfait depuis le temps que tu m’en parles Hihi Moi te mettre la pression, que nenni ? What a Face vengeance !
Non trop heureuse ! C’est l’excitation qui me rend mauvaise ! héhé
Bon courage pour ta fiche. :please:

Lit Lit Lit


I do not know why I would go in front of you and hide my soul, ‘cause you're the only one who knows it. Yeah you're the only one who knows it. ▵ (c) endlesslove.
“ white R. ” ▵

(compte admin) ❤︎
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Écus d'Or : 290
Âge : 54 ans

Mon Histoire :
Hier est derrière,
demain est mystère,
et aujourd’hui est un cadeau,
c’est pour cela qu’on l’appelle le présent.

Schizophrénie : bientôt
Messages : 100
Date d'inscription : 12/10/2017
Localisation : Riorim
Ven 13 Oct - 7:42
merci à vous deux
et même pas peur de la pression, je suis la zennitude incarnée Fail



Paix intérieur
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Écus d'Or : 25
Âge : 35ans
Schizophrénie : je suis seule dans ma tête
Messages : 28
Âge : 22
Date d'inscription : 03/09/2017
Ven 13 Oct - 10:37
Bienvenuuuuuuuuue à toi aussi =DD
Contente de vous voir venir enfin Potté Courage pour les fichounettes !!!!

(Je suis plus connue sous le nom d'Anne peut être Hihi )
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Invité
Ven 13 Oct - 12:44
J'aime trooooooooooooooooooop Kung fu panda *-*
"C'est un panda ? Hey mon gars t'es un panda !!!!!" XD voilà voilà je sors x)
Invité
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Écus d'Or : 290
Âge : 54 ans

Mon Histoire :
Hier est derrière,
demain est mystère,
et aujourd’hui est un cadeau,
c’est pour cela qu’on l’appelle le présent.

Schizophrénie : bientôt
Messages : 100
Date d'inscription : 12/10/2017
Localisation : Riorim
Ven 13 Oct - 19:39
Anne > Keur Keur

James > chut, si on me lance, je peux faire toute les répliques du film Hihi



Paix intérieur
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Écus d'Or : 268
Âge : plus d’un millénaire

Mon Histoire : Elle est le pire cauchemar des hommes pour ceux qui connaissent son histoire. – Créature marine aux tentacules faites d’un bout d’une tentacule de Kracken, le flair d’un requin, la mâchoire d’un poisson-vipère et les nageoires d’un poisson-lion sur les bras et dans le dos. – anciennement grande-soeur de la Reine des Glaces, elle a eu droit à une deuxième vie donné par la déesse des naufragés, Rán– uc – uc – uc – uc – uc


Schizophrénie : louis white-r.⎥drago bludvist⎥vael lewis-moreau⎥hansel petrovitch⎥harris h. dunbroch
Messages : 172
Date d'inscription : 18/06/2017
Mer 18 Oct - 9:35
La chouiiiiiite vite ! Niknik



   
Beautiful and poisoned
Oh, my waking world, I leave you for a girl. Cast away into this blight, swimming blindly through the night. Now my heart is bound like a plague upon this sound. And oh, it slips away, such soft decay. Then it grows.

pour me mp ▻ ❤︎
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Écus d'Or : 290
Âge : 54 ans

Mon Histoire :
Hier est derrière,
demain est mystère,
et aujourd’hui est un cadeau,
c’est pour cela qu’on l’appelle le présent.

Schizophrénie : bientôt
Messages : 100
Date d'inscription : 12/10/2017
Localisation : Riorim
Mer 18 Oct - 10:32
J'y travaille, j'y travaille



Paix intérieur
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Écus d'Or : 89
Âge : 26 ans
oseeeef !
Mon Histoire : Il est le fondateur de la Communauté des Réels avec William. – Est le descendant de Clive Staples Lewis, l’auteur du Monde de Narnia – Il est d’origine irlandaise et française, ayant grandit en Angleterre. – Il a un fils depuis peu, du nom de Apollo-Jules. (à prononcé Apolo-ruley !) – Sa mère est schizophrène et lui a un léger syndrome Aspeger. – Il possède une chèvre et un cochon nain, un teckel, un chat, un lapin en garde-partagée avec Robyn et un poney-aveugle – Adore les sucreries. – Son dernier délire : il a peur de mourir à trop marcher et user son « cota » de pas. Alors il se déplace en fauteuil roulant ou en skate... ça va lui passer. Comme les arches. – Joue du violon – A découvrir Riorim, il y a pas loin de six ou sept ans en passant par une armoire qui a appartenus à son aïeul. Il s’est installé sur l’île il y a deux ans. – tatoo : un sur la cicatrice de la balle qui l’a traversée, sous la clavicule. Tout autour en lettre cursive t : « I’m a cat. I had 9 lives » et dans le dos, sur l’autre cicatrice « Yes it passed through me ! ». Un autre sur le poignet gauche en trompe l'oeil, le premier bracelet hospitalier lorsqu’il se fit transferé en psychiatrie. L’étiquette est à l’identique. Et le kanji 好 sur la partie de peau entre le pouce et l’index – Lorsqu’il est dans une épicerie ou un supermarché, ou encore une boutique purement et simplement, il vole presque inconsciemment. Pourquoi ? Il ne sait pas. Il s’est toujours et souvent servis.

Schizophrénie : louis white-r.⎪ebony whytestorm⎪harris h. dunbroch⎪drago bludvist
Messages : 52
Date d'inscription : 29/08/2017
Mer 18 Oct - 22:01
J’ai déjà lu la suite de la suite sur le retour du train !
Encore !!! Potté


I’ts our Neverland


pour me mp ▻ ❤︎
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Écus d'Or : 290
Âge : 54 ans

Mon Histoire :
Hier est derrière,
demain est mystère,
et aujourd’hui est un cadeau,
c’est pour cela qu’on l’appelle le présent.

Schizophrénie : bientôt
Messages : 100
Date d'inscription : 12/10/2017
Localisation : Riorim
Ven 20 Oct - 20:04
ça avance doucement Zombie Zombie Zombie



Paix intérieur
Revenir en haut Aller en bas
Clara O. Stahlbaum
barely alive ☽ i'm a mess.
avatar
Écus d'Or : 100
Âge : vingt ans (pour clara) + indéterminé (pour sally).
keep you off my mind.
Mon Histoire : Sally est la pulsion meurtrière de Clara. Clara est l'humanité de Sally. + Sally s'était faite piéger par la Fée Dragée peu de temps après son départ d'Halloween Town et ses nombreux crimes. + Clara eut une vie parfaite jusqu'à ce que sa route croise celle de la Fée Dragée. À son tour, elle s'est faite piéger, d'une autre façon. +
Schizophrénie : elsa s.-bludvist ; s.-robyn w. brixton.
Messages : 101
Date d'inscription : 05/07/2017
Localisation : forêt enchantée.
Sam 21 Oct - 21:55


Bienvenue au fait Hihi



Chaos isn't a pit. Chaos is a ladder. Many who try to climb it fail and never get to try again. The fall breaks them. And some are given a chance to climb, but they refuse. They cling to the realm or the gods or love. Illusions. Only the ladder is real. The climb is all there is. ©️ caius
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Écus d'Or : 290
Âge : 54 ans

Mon Histoire :
Hier est derrière,
demain est mystère,
et aujourd’hui est un cadeau,
c’est pour cela qu’on l’appelle le présent.

Schizophrénie : bientôt
Messages : 100
Date d'inscription : 12/10/2017
Localisation : Riorim
Sam 4 Nov - 14:35
thank ! après une longue pause, je m'y remet Cours




Paix intérieur
Revenir en haut Aller en bas
S.-Robyn W. Brixton
flightless bird - fairy dust !
avatar
Écus d'Or : 338
Âge : vingt-deux ans.

Mon Histoire : fée orpheline sur neverland, on l'appela clocharde, même si elle fut vite surnommée clochette avec ses tintements par les enfants perdus et peter pan. + c'est une fée qui avait déjà beaucoup voyagé, étant l'une des rares à avoir foulé le sol de gaïa et y avoir fait des rencontres. + elle était heureuse auprès des enfants éternels, et surtout auprès de peter. le seul nuage dans son ciel bleu était les sentiments qu'elle lui portait. + elle mena sa quête afin d'être son égale, pas juste une petite fée, et afin de vivre sa romance. + elle en perdit ses ailes, littéralement, et perdit ainsi tout moyen de retourner au pays imaginaire. + elle erra de village en village, de terre en terre. elle se prostitua pour grignoter un morceau de pain de temps en temps, vendit tout ce qu'elle avait, excepté la haine qu'elle portait envers celle qui lui avait causé du mal et envers son clan : la fée morgane et les fidèles. + elle fit partie de ceux que l'on appelait les rebelles, et connu le triste sort réservé à la majorité : l'exil. + elle est sur riorim depuis le début. + elle vit moins misérablement que les dernières années à vesta, mais ce n'est toujours pas ça, alors elle se saoule pour échapper à sa réalité. + elle a un enfant avec un mec sortit de nulle part. bref, elle ne mène pas la vie de princesse.


Schizophrénie : adélaïde quincy ; clara o. stahlbaum.
Messages : 416
Date d'inscription : 16/01/2017
Localisation : riorim.
Jeu 9 Nov - 23:14


Le grand moment !
toc toc ! "ki" est là ?



Sous-Titre personnalisé.

Puisque tu dis que rien n'arrive par accident dans ton titre, je t'ai donné avec le gif un aperçu de ce qui t'arrivera Hihi.
Bref, comme je m'y attendais, je n'ai rien à redire sur ta fiche ! J'aime toujours autant te lire, et j'espère que ça s'arrêtera pas à cette fiche :please: Il nous faut liens, rps, et tutti quanti Keur
À très vite !


Et même si tu es validé(e), tu n'es peut-être pas encore tout à fait familier avec le forum, alors on ne va pas encore te lâcher dans la nature sans baluchon, rassures-toi. Tu trouveras ici tous les liens nécessaire à ton installation sur ABSIT OMEN. D'ailleurs, peu importe où tu t'es égaré sur le forum, tu trouveras toujours le topic des liens utiles, ça peut toujours servir. Si des questions persistent, n'hésites pas à passer du côté de la FAQ ou d'embêter l'un des membres du staff. Mais avant tout, si tu veux pouvoir lier ton personnage aux autres et répertorier tout ce que tu as besoin de répertorier, tu peux d'office poster ta fiche de liens, ta fiche de rps, et pourquoi pas, si une envie folle te prend, poster ton journal intime. Tu pourras alors te lancer dans l'aventure du rp ici ! Les rps te feront gagner ce qu'on appelle dans le coins des écus d'or. Écus d'or qui t'inciteront à faire divers achats par la suite. Si tu souhaites découvrir ce qui peut t'attendre ou t'inciter à la dépense, je t'invite à faire un tour du côté de la banque, tu trouveras sûrement ton bonheur. Aussi, si tu as besoin d'un certain personnage à tes côtés, tu peux aussi poster dans les scénarii (n'en abuses pas, de toute façon tu es limité(e) à deux scénarii par personnage). Et enfin, si tu as juste envie de ne pas te prendre la tête, je te rappelle que le flood est à ton entière disposition, alors fais péter le compteur de messages ! Et si tu aimes ABSIT OMEN, on t'encourage à faire de la pub sur Bazzart et PRD (ou autour de toi) et voter aux top-sites !
Merci d'être là  

Et  amuses-toi bien par minou !
code (c) crackle bones




“Fairies have to be one thing or the other, because being so small they unfortunately have room for one feeling only at a time.©️ caius
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Écus d'Or : 290
Âge : 54 ans

Mon Histoire :
Hier est derrière,
demain est mystère,
et aujourd’hui est un cadeau,
c’est pour cela qu’on l’appelle le présent.

Schizophrénie : bientôt
Messages : 100
Date d'inscription : 12/10/2017
Localisation : Riorim
Jeu 9 Nov - 23:31


merci beaucoup Keur Keur



Paix intérieur
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en hautPage 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Arrivé de mon chiot
» Casser une montre : L'accident qui arrive de temps en temps
» En espérant que se genre de choses n'arrive plus jamais
» Vous arrive-t-il souvent d'aller chez le véto pour rien?
» Ma petite furette n'arrive pas a boire au biberon d'eau

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
-Absit Omen- :: Connaître le Monde :: Se présenter :: les admis-
Sauter vers: