AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 « C’est ton gosse, pas le mien ! » (robyn&harris)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Âge : 25 ans

Écus d'Or : 440
Messages : 131
Mon Histoire : Hamish est mort et habite le corps de son frère Harris. Ce dernier est allé le chercher dans les Mondes des Morts et il s’est retrouvé à partager son corps avec l’âme de son défunt frère dont il n’avait pas accepté la mort. C’était peut-être un peu irresponsable, il ne s’attendait pas à ce genre de situation. La cohabitation devient de plus en plus difficile et lui fait perdre la tête. – Il est à Riorim depuis une dizaines de mois seulement, envoyé par le Lièvre de Mars sur un coup de tête. Harris a compris rapidement où il était et s’est fondu au décor pour survivre et prend son mal en patience. Il trouverait un moyen de retourner de l’autre côté du dôme. Il n’est donc pas touché par le sort de l’Exile. – Il est apprenti boulanger sur l’île, après avoir bien insister pour être pris, ainsi il a un travail et gagne des sous afin de mieux survivre dans cette prison insulaire. Puis ça lui occupe l’esprit. Il aime particulièrement ce travail, loin de ses soucis et ses responsabilité en tant que Prince de Dunbroch. – Il vit chez Clochette sur l’île. Une sorte de colocation sauvage. Il n’est pas toujours là, des fois il est chez Elianor, où encore ailleurs. – Il ne parle pas seul, il parle à son frère. Ou alors c’est que c’est devenu une sale habitude. – Hamish est marié et Harris préfère les hommes. Ouais... Y’a des moments où c’est un peu compliqué.

Date d'inscription : 16/01/2017


Feuille de personnage
Pouvoirs/particularités:
Liste des armes:
Inventaire magique:

MessageSujet: « C’est ton gosse, pas le mien ! » (robyn&harris)   Mar 18 Avr - 17:17


Message Man - Twenty Øne Pilots

Harris dormait tranquillement. Il avait gagné le lit au chifoumi hier soir. Robyn était trop torchée pour pas avoir remarqué qu’elle n’avait pas perdu. Elle ne s’en rappelait plus et il avait mis tellement de coeur à son mensonge qu’elle y avait cru. D’un coup, des hurlements le sortirent brusquement de son sommeil. C’était celui d’un enfant. Pas n’importe lequel, celui de Robyn. Celui qu’hier, Harris avait lui-même déplacé son landau dans le salon pour qu’il soit avec sa mère. La fourbe, elle le lui avait remis dans la chambre. Il ne devait pas être loin des bonnes matinales 4 heures du matin et A.-J. avait faim. Harris avait bondit du lit. C’était un vrai vacarme dans la chambre. On aurait dit qu’on frappait ce pauvre enfant. Maladroitement, il sortit de son sommeil et accessoirement du lit. Les pieds dans la couverture, il s’écroula de tout son long au milieu de la chambre, à mi-chemin du landau. Le petit garçon hurlait sans avoir l’air d’être touché par la fatigue. C’était assourdissant. Harris allait finir par l’attraper et le jeter contre le mur.

Enfin debout et il passa une et trop longue minute à secouer le berceau afin de bercer l’enfant dans son body trop serré où était imprimé un adorable pingouin avec un bonnet de Noël. Ridicule ! On est au moins au 5e Renouveau !. Il lui demandait de se taire, mais rien n’y fit. il attrapa l’enfant comme s’il tenait un opossum mort entre les mains. Il ouvrit la porte à l’aide de son pied et en prenant soin de ne pas tomber, ni de faire tomber l’enfant, il cherchait avec un pas prudent, le chemin jusqu’au salon. « Mais rhooo ! Chuuuut !!! » tentait-il encore de le calmer. Il passa le couloir, l’enfant hurlait toujours mais était toujours dans ses bas. Il fit un détour par la cuisine qu’on pouvait qualifier de limitrophe au salon depuis qu’il manquait la porte. Il prit le premier truc qui lui passa sous la main. Un bol, qu’il remplis d’eau fraiche. Puis enfin, il arriva au canapé ou Robyn avait l’air de dormir si profondément. D’abord le verre d’eau en plein visage. Il lui laissait le temps de croire qu’elle se noyait puis, de pas trop haut, mais assez sèchement il le posa sur la blonde. « Ho ! Y’as ton mini toi qui hurle, fais le taire ! Sinon je vais le faire mais j’ai tendance à bercer les enfants trop prêt du mur si tu vois ce que je veux dire !!! » avait-il parlé un peu plus fort qu’il ne l’aurait imaginé. « Et leur mère aussi ! » aboya t-il. C’est qu’il fallait se faire entendre avec ce petit bout de chair qui hurlait à plein poumons. « Je suis sûr qu’il essaie de vous dire à quel point ils vous hait… » ajouta t-il plus bas en penchant la tête pour jauger le petit garçon qui se tortillait sur sa mère.

Elle avait cru qu’elle pouvait jouer en lui posant le petit dans la chambre, mais elle avait surement oublié qu’elle avait choisi un partenaire de jeu coriace. Il la lâcherait pas tant qu’elle ne le ferait pas taire. Chacun son réveil de merde. C’était pas juste, tout ça parce que pour une fois, il avait eu le droit au lit dans la chambre et pas le canapé. Elle n’avait pas le droit de lui gâcher son petit plaisir. « Fais gaffe tu vas attraper un rhume, tu devrais te lever et aller t'essuyer... Puis pendant que t’y aies, t’étouffe ton brailleur !!! » continua t-il, voyant que Robyn ne bougeait pas des masses. Il s’éloigna un instant et revint avec une trompette. L’embout en direction de l’oreille de la blonde, il prit son inspiration pour souffler.

*cocktail de mot
acidbrain



_________________
Petit ours brun a décidé d’aller retrouver son frère. Il prépare son baluchon et part en expédition. Il l’a retrouvé et il partage son corps avec son frère. Il devra même apprendre à tout partager, comme sa vie. ▵ ©️endlesslove.
“ Hamrish ou le Double-H ” ▵

pour me mp ▻ ❤︎
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
flightless bird - fairy dust !
avatar


Âge : vingt-deux ans.

Schizophrénie : e. moïra fawkes ; elsa s.-bludvist ; clara o. stahlbaum.
Écus d'Or : 90
Messages : 276
Mon Histoire : fée orpheline sur neverland, on l'appela clocharde, même si elle fut vite surnommée clochette avec ses tintements par les enfants perdus et peter pan. + c'est une fée qui avait déjà beaucoup voyagé, étant l'une des rares à avoir foulé le sol de gaïa et y avoir fait des rencontres. + elle était heureuse auprès des enfants éternels, et surtout auprès de peter. le seul nuage dans son ciel bleu était les sentiments qu'elle lui portait. + elle mena sa quête afin d'être son égale, pas juste une petite fée, et afin de vivre sa romance. + elle en perdit ses ailes, littéralement, et perdit ainsi tout moyen de retourner au pays imaginaire. + elle erra de village en village, de terre en terre. elle se prostitua pour grignoter un morceau de pain de temps en temps, vendit tout ce qu'elle avait, excepté la haine qu'elle portait envers celle qui lui avait causé du mal et envers son clan : la fée morgane et les fidèles. + elle fit partie de ceux que l'on appelait les rebelles, et connu le triste sort réservé à la majorité : l'exil. + elle est sur riorim depuis le début. + elle vit moins misérablement que les dernières années à vesta, mais ce n'est toujours pas ça, alors elle se saoule pour échapper à sa réalité. + elle a un enfant avec un mec sortit de nulle part. bref, elle ne mène pas la vie de princesse.
Date d'inscription : 16/01/2017
Localisation : riorim.


MessageSujet: Re: « C’est ton gosse, pas le mien ! » (robyn&harris)   Jeu 25 Mai - 21:43

Elle avait encore trop abusé sur la boisson hier soir. Mais ça arrivait souvent quand elle sortait ou traînait avec Harris. Et à peu près à chaque fois, elle le regrettait. Comme lorsqu’elle n’a pas pu enchaîner une heure de sommeil cette nuit car elle était trop mal installée sur le vieux canapé qu’elle avait récupéré à la décharge. Forcément, Harris profitait toujours de ses états amochés pour lui tirer le plus de choses à son avantage. Alors quand au beau milieu de la nuit, elle s’était réveillée avec Apollo-Jules qui couinait trop près de son oreille, elle le berça, monta les escaliers, et l’installa l’air de rien à côté du boulanger. Il l’avait cherché. Puisqu’il voulait dormir dans la chambre et dans le lit, alors il y dormira pour de vrai. Y a pas de raison qu’elle soit seule à gérer tous les inconvénients à vivre chez elle. Si elle avait du monde à la maison, c’était pour les partager. Elle avait bien pris soin de fermer la porte derrière elle et était donc redescendue jusqu’au salon pour finir du mieux qu’elle le pouvait sa nuit. Ah ça c’est sûr, elle était bien mieux sur ce canapé maintenant qu’il n’y avait plus rien pour la réveiller toutes les demie heures.

Même le soleil fut assez timide pour ne pas la réveiller. Ou alors, c’était parce qu’il faisait encore nuit. C’était autre chose qui vint la réveiller. Et en partie le fait que son gamin avait refait son apparition dans la pièce. C’était comme ces marmottes qu’on assommait sans arrêt à coups de marteau et qui revenaient quand même nous hanter dans le seul but de nous narguer. Robyn se força à se renfoncer dans le sommeil, redescendre les étages qui la mèneraient jusqu’à son inconscient, ou subconscient, elle n’avait jamais su vraiment. Mais plus elle se forçait, et plus ses oreilles devenaient sensibles. Et plus ses oreilles devenaient sensibles, et plus ses nerfs commençaient à se réveiller avant ses paupières. Et puis il y eu le choc glacé. La jeune femme ne s’y attendait pas et fit un bond depuis le canapé au moment du contact avec l’eau froide. Ses nerfs étaient pleinement réveillés. Et ses paupières aussi. Et l’enfant qu’Harris venait de lui mettre dans les bras aussi. « Alors ça !!! » Un cendrier traînait encore sur la table basse. Aussi rapidement que ses membres engourdis le pouvaient, elle l’envoya avec son contenu - cendres et mégots compris dans le lot - à la figure de son ami. Elle espérait qu’il était en train d’inspirer à ce moment-là, et que le tabac froid le ferait au moins tousser un peu. « Tu sais qui je vais balancer à travers le mur s’il m’empêche de dormir ? Un indice, il est dans cette pièce et ce n’est pas Apollo. Lui j’ai l’habitude qu’il me fasse chier. » Le gamin ne s’était d’ailleurs toujours pas calmé. Il ne se calmait jamais dans les bras de sa mère. Elle ne l’aimait peut-être pas assez pour qu’il se sente apaisé avec elle. « Qu’est-ce que t’es allé l’emmerder aussi… » Robyn essayait toujours de trouver un coupable aux crises de larmes de son enfant. Et puisqu’il n’y avait qu’Harris et que ce Harris venait de lui faire passer une sale nuit et un sale réveil, elle avait tous les droits de le culpabiliser. « C’est toi qu’il hait. Tu dégages trop d’ondes négatives. Même le poney est mal à l’aise quand t’es là… » Robyn plaqua la paume contre la bouche hurlante d’Apollo-Jules, sans grand résultat. Elle le berça un peu, mais rien n’y fit. Elle sentit sa couche, et fit semblant qu’elle n’avait rien sentit de dégueulasse. Alors elle espéra qu’un biberon le calmerait. Mais pas tout de suite, elle voulait encore fermer les yeux quelques minutes. Elle avait pris l’habitude parfois de se rendormir alors que son fils pleurait encore, elle voulait essayer cette nuit. D’autant plus que la gueule de bois jouait des tambours dans sa tête.

Elle sentit une nouvelle présence à côté d’elle, alors qu’elle n’avait pas encore rouvert un oeil. Un souffle coincé dans un instrument en cuivre. Harris avait essayé de finir de la tuer avec la vieille trompette qui traînait là depuis… sans doute l’ancien locataire. « T’essayais de faire quoi là ? Tu passes juste pour un con. On ne souffle pas comme ça dans une trompette. Faut faire un bruit de pet avec la bouche si tu veux que ça marche. Comme ça… prrrr. Si tu veux me mener la vie dure, il va vraiment falloir que tu bûches. J’ai plus de ressources que toi. »

_________________

“Fairies have to be one thing or the other, because being so small they unfortunately have room for one feeling only at a time.©️ caius
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Âge : 25 ans

Écus d'Or : 440
Messages : 131
Mon Histoire : Hamish est mort et habite le corps de son frère Harris. Ce dernier est allé le chercher dans les Mondes des Morts et il s’est retrouvé à partager son corps avec l’âme de son défunt frère dont il n’avait pas accepté la mort. C’était peut-être un peu irresponsable, il ne s’attendait pas à ce genre de situation. La cohabitation devient de plus en plus difficile et lui fait perdre la tête. – Il est à Riorim depuis une dizaines de mois seulement, envoyé par le Lièvre de Mars sur un coup de tête. Harris a compris rapidement où il était et s’est fondu au décor pour survivre et prend son mal en patience. Il trouverait un moyen de retourner de l’autre côté du dôme. Il n’est donc pas touché par le sort de l’Exile. – Il est apprenti boulanger sur l’île, après avoir bien insister pour être pris, ainsi il a un travail et gagne des sous afin de mieux survivre dans cette prison insulaire. Puis ça lui occupe l’esprit. Il aime particulièrement ce travail, loin de ses soucis et ses responsabilité en tant que Prince de Dunbroch. – Il vit chez Clochette sur l’île. Une sorte de colocation sauvage. Il n’est pas toujours là, des fois il est chez Elianor, où encore ailleurs. – Il ne parle pas seul, il parle à son frère. Ou alors c’est que c’est devenu une sale habitude. – Hamish est marié et Harris préfère les hommes. Ouais... Y’a des moments où c’est un peu compliqué.

Date d'inscription : 16/01/2017


Feuille de personnage
Pouvoirs/particularités:
Liste des armes:
Inventaire magique:

MessageSujet: Re: « C’est ton gosse, pas le mien ! » (robyn&harris)   Sam 17 Juin - 21:20


Message Man - Twenty Øne Pilots

Le gosse sur la poitrine et une rincée d’eau froide permit à Harris de gagner un cendrier pleine tête. Il ne s’y attendait pas et n’avait pu éviter les cendres, ni les mégots et leur horrible odeur de tabac froid qui l’englobait dans une brume de cendre volatile. Il cracha ce qu’il avait avalé directement au sol. Il la haïssait. Après ça, la blonde qui n’avait pas aimé son réveil le menaça en lui faisant comprendre qu’il arrivait à plus l’agacer que son propre fils. C’était pour dire à quel point elle lui en voulait. Qui pouvait-être aussi chiant que ce brailleur d’Apollo-Jules. « Non c’est lui qui m’emmerde ! » reprit-elle les paroles de Robyn en haussant le ton plus fort qu’elle, tel un gamin. Elle répliqua aussitôt que c’était de sa faute, par sa simple présence. Même le poney ne le supporterait pas. Harris, tout en s’essuyant la cendre sur le visage et virant le mégots couché sur son épaule d’une pichenette. Le cadavre de cigarette atterrit pile entre les deux yeux de Robyn et Harris poussa un petit cri de victoire. Il ne s’y attendait pas non plus. « Je m’en fou ! C’est pas mon gosse, c’est pas mon poney. Si t’as envie de reprocher des choses à quelqu’un, passe tes nerfs sur ton crétin de mari. On a été clair pourtant. Chacun sa vie et on s’emmerde pas avec. Tout ça… » désignait-il l’enfant et ses hurlements qui résonnait dans la pièce « c’est ta vie. Je partage que le cul de ton mec et le loyer avec toi, pas votre gosse et encore moins le poney, la chèvre ou le gosse… Okay ?! »

Il était partit et revenu avec une trompette qui trainait dans la maison. Il s’y prit comme un pied et la proprio de l’appartement n’en rata pas une pour le lui rappeler. Elle lui balança alors son ridicule en pleine figure et le rabaissait à n’être qu’un novice. Il leva l’instrument prêt à lui jeter et il le lança plus loin dans le salon. « Tu m’emmerdes ! Tu sais quoi ! Donne le moi ce microbe de merde là ! J’vais m’en occuper.» beugla t-il énervé tout en attrapant Apollon. Il le berça tout en l’amenant à la cuisine et lui donna son biberon. Et il le changea à son grand malheur. Une fois fait, il était prêt à se tenir silencieux dans son transat. L’autre dormait toujours et il eut le temps de s’occuper. Il retira la poignet de la porte des toilettes qui se trouvait à l’intérieur, tout comme le verrou. Avec de la chance, elle y resterait peut-être coincé. Il avait aussi collé sa tasse fétiche du matin avec de la glue à la place où il l’avait trouvé. Il avait jeté la moitié du café, lui en laisser juste assez dans sa boite pour ne faire qu’une demi-tasse. L’alcool, il l’avait caché, puis coupé l’électricité dans une grande partie de la baraque, en espérant qu’elle était assez idiote pour ne pas penser au compteur.

Après ça, il écrit un mot à Robyn qu’il déposa sur la table de la cuisine. « Je suis partie faire quelques courses, je reviens. Apo est nourrit et il dort, donc ferme un peu ta gueule quand tu te réveillera. ». Il déposa le berceau non loin du canapé et prit Apollo-Jules pour aller le déposer chez Vael, lui expliquant alors la situation. Le bouclé était partant pour cette mauvaise blague. Il revint à l’appartement de Robyn comme une fleur avec de quoi préparer des cookie.

acidbrain



_________________
Petit ours brun a décidé d’aller retrouver son frère. Il prépare son baluchon et part en expédition. Il l’a retrouvé et il partage son corps avec son frère. Il devra même apprendre à tout partager, comme sa vie. ▵ ©️endlesslove.
“ Hamrish ou le Double-H ” ▵

pour me mp ▻ ❤︎
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: « C’est ton gosse, pas le mien ! » (robyn&harris)   

Revenir en haut Aller en bas
 
« C’est ton gosse, pas le mien ! » (robyn&harris)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» LEITO X HUSKY le beau gosse REF (77) ADOPTE
» beau gosse voyou !!
» Pépé le lapin beau gosse et Chamallow
» comme un gosse chez Disney-Land...
» Apollon, alias beau gosse

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
- ABSIT OMEN - :: Le tri sélectif :: La salle des archives :: anciens rps-
Sauter vers: