RSS
RSS



 

one day i'll fly away. (clo)

 :: Connaître le Monde :: Se présenter :: les admis Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
S.-Robyn W. Brixton
flightless bird - fairy dust !
avatar
Écus d'Or : 173
Âge : vingt-deux ans.

Mon Histoire : fée orpheline sur neverland, on l'appela clocharde, même si elle fut vite surnommée clochette avec ses tintements par les enfants perdus et peter pan. + c'est une fée qui avait déjà beaucoup voyagé, étant l'une des rares à avoir foulé le sol de gaïa et y avoir fait des rencontres. + elle était heureuse auprès des enfants éternels, et surtout auprès de peter. le seul nuage dans son ciel bleu était les sentiments qu'elle lui portait. + elle mena sa quête afin d'être son égale, pas juste une petite fée, et afin de vivre sa romance. + elle en perdit ses ailes, littéralement, et perdit ainsi tout moyen de retourner au pays imaginaire. + elle erra de village en village, de terre en terre. elle se prostitua pour grignoter un morceau de pain de temps en temps, vendit tout ce qu'elle avait, excepté la haine qu'elle portait envers celle qui lui avait causé du mal et envers son clan : la fée morgane et les fidèles. + elle fit partie de ceux que l'on appelait les rebelles, et connu le triste sort réservé à la majorité : l'exil. + elle est sur riorim depuis le début. + elle vit moins misérablement que les dernières années à vesta, mais ce n'est toujours pas ça, alors elle se saoule pour échapper à sa réalité. + elle a un enfant avec un mec sortit de nulle part. bref, elle ne mène pas la vie de princesse.
Schizophrénie : adélaïde quincy ; clara o. stahlbaum.
Messages : 348
Date d'inscription : 16/01/2017
Localisation : riorim.
Mer 12 Avr - 22:32

S.-Robyn W. Brixton.

you don't know my heart the way you know my face.


nom. Elle n'en avait pas à Vesta. Sur Riorim : Brixton, un nom qu'elle est la seule à porter sur Riorim. De temps en temps, elle se rend à la mairie pour se renseigner, voir si quelqu'un du même nom n'a pas poppé quelque part. Mais toujours aucune piste. Elle reste une bâtarde orpheline de père, et dont même la mère n'a pas voulu partager son nom avec.
prénom. À l'époque, à Vesta, c'était Clocharde ou Clochette - cela dépendait des moments de sa vie. Sur ses papiers aujourd'hui, elle s'appelle Selene. Mais sa mère la bien vite renommée Robyn, et c'est le prénom qui lui est resté. Très peu connaissent son prénom originel. On lui a aussi donné le prénom Wendy, relégué au rang de deuxième prénom. Et heureusement, Robyn ne le supporte pas. Sans pouvoir se l'expliquer d'ailleurs, c'est peut-être juste comme ça.
âge. Vingt-deux ans.
conte. Peter Pan.
personnage. La fée Clochette.
date et lieu de naissance. Clochette, on ne sait pas trop d'où elle sort. À Vesta, on la juste trouvée, toute jeune, dans une fleur. Dans son tissu de mensonges, elle est la fille d'une pauvre femme alcoolique et droguée, sans doute née dans un vieux carton dans une rue mal famée de Riorim. Ou en pleine forêt. Avec un peu de chance, dans un lit d'hôpital, mais ça lui semble trop beau pour être crédible. Sinon, elle est née un 5 Septembre, même si elle n'est plus Vierge depuis longtemps.
situation. Maman trop jeune, vaguement en couple avec une sorte d' intriguant.
orientation. Elle n'aime que les hommes, toujours qu'un à la fois (même si elle jongle vite) parce qu'elle n'a pas la place pour deux. Cela inclut l'offre jalousie et compagnie.
fonction/profession. Fidèle compagnon magique et volant de l'enfant éternel quand elle était encore à Vesta, elle a troqué ses ailes pour une existence un peu plus banale et moins extasiante sur l'île de Riorim, où elle touche un peu à tout pour joindre les deux bouts. Elle n'a pas de profession fixe à l'heure actuelle. Elle n'arrive jamais à tenir trop longtemps dans le même endroit. Elle fait quelques remplacements quand on veut bien lui faire confiance, mais ça s'arrête là. Et puis, il faut bien qu'elle s'occupe de son gamin. Donc elle n'est pas vraiment au chômage non plus, mais presque.
pouvoir(s).
+ culpabilisateur. Comme certains charment par leur beauté ou par leurs aptitudes qui poussent à convaincre, Clochette a le pouvoir de faire culpabiliser naturellement. Elle en usait beaucoup avec les enfants perdus, quand elle voulait un peu d'attention. Ce pouvoir n'a jamais fonctionné sur Peter, en revanche. À Riorim, c'est une aptitude qui a l'air naturelle, ça n'a rien de magique.
+ la main verte. Capable de faire fleurir le sol qu'elle foulait à Vesta, ce n'est plus la même chose aujourd'hui. C'est juste que son balcon reste fleuri un peu plus longtemps que les balcons voisins, et qu'elle tue rarement ses plantes en les noyant ou les asséchant. D'ailleurs, elle en profite aussi pour faire pousser des plantes pas très légales.
objet(s) magique(s). Aucun.
groupe. Les exilés.
avatar. Natalie Dormer.

Anecdotes
Clochette est un tout petit bout de femme, elle n'a de la place que pour un sentiment à la fois. C'est tout ou rien, avec elle. Ce qui explique d'ailleurs pourquoi on la qualifie souvent de bipolaire. Soit tout va bien, soit c'est la tragédie : il n'y a pas d'entre-deux. + Même si cela n'a pas été reconnu officiellement, la fée a été à l'origine de maintes querelles entre les enfants perdus, les indiens et les pirates. Souvent, c'était pour éviter à Peter d'avoir le temps de faire la cour aux sirènes. + Très jalouse, possessive, capricieuse et colérique, elle ne supporte pas l'idée que Peter Pan puisse s'intéresser à une autre fille qu'elle, et n'a pas de limites pour éliminer ses rivales. + Elle est d'une santé très fragile. Il suffit que les températures baissent un peu quand arrivent les saisons froides pour qu'elle tombe malade. + Hormis avec Peter Pan, Clochette ne parlait pas beaucoup à Vesta. Ou, en tous cas, n'ouvrait la bouche que lorsque c'était nécessaire. À Riorim en revanche, il faut se faire violence pour ne pas tenter de la noyer et la faire arrêter de parler. + Inconsciemment, elle appelle souvent son enfant ou Vael "Peter", c'est plus fort qu'elle, elle ne sait pas d'où cela lui sort.

questionnaire.

Votre avis sur la magie ?
C'était l'essence même de Clochette, la magie. Cela faisait partie de sa nature de fée. C'était ce qui la faisait se déplacer, se faire respecter. Et puis elle a voulu quelque chose plus fort encore que sa magie, et en a perdu ses ailes. À cause de la magie d'une autre fée. C'était alors devenu pour la fée déchue quelque chose de maudit. Quelque chose qui pouvait d'abord vous élever, avant de préparer votre tombe. Comme la drogue. C'était l'origine des bonnes sensations, mais aussi des problèmes. Pourtant, sans magie, elle n'avait aucun moyen de regagner le Pays Imaginaire, et elle en était bien consciente. Alors elle vécu avec sa colère contre la magie, surtout par fierté et parce que de toute façon elle n'arrivait jamais à faire un pas en avant vers son île natale, pour combattre ce qui la constituait avant et celles qui la représentaient.

Quelle était votre place avant le conflit avec The Witch ?
Elle n'avait pas vraiment de place, avant. Vivre au Pays Imaginaire lui permettait de se moquer de tout ce qui se passait ailleurs qu'au Pays Imaginaire. Jusqu'à ce qu'elle fusse bloquée dans le reste du monde, et trouve l'occasion de se mêler un peu à la politique. Finalement, c'était bien tombé à ce moment-là, ce groupe grandissant de rebelles, contre la tyrannie de la sorcière et de la magie. Et parce qu'elle avait été elle-même privée de ce qui pouvait la qualifier de créature magique, elle en voulu encore plus à cette Magie qui ne l'habitait presque plus. Alors elle avait naturellement rejoint ce groupe de Rebelles, s'était remontée contre The Witch, et s'était condamnée à une vie de mensonge sur une île... mais pas l'île qu'elle recherchait.

Voulez-vous vivre autre-chose que cette vie ?
Évidemment. Robyn souhaiterait être riche, que ses murs soient faits d'or, que ses draps soient de soie, qu'elle soit recouverte de milliers de pierres précieuses. Elle souhaiterait avoir un père, et avoir eu une vraie famille, pas une pauvre femme qui a cherché à responsabiliser sa fille au plus jeune âge parce qu'elle était incapable de se gérer toute seule. Évidemment, elle voudrait avoir une vie parfaite, pouvoir étudier à la bibliothèque pour exercer ensuite un métier qui lui rapporterait un maximum de thunes. Elle souhaiterait se marier avec un homme parfait, fidèle, et riche. Fonder une famille parfaite avec des enfants parfaits. Au lieu de ça, elle porte le nom de Brixton, toute seule.


crackle bones


Derrière l'écran
pseudo. l'orifice, sliteatoves_, grilheure, etc.
prénom. l'orifice.
âge. ving.
pays. raclecue.
fréquence de connexion. What a Face
inventé ou scénario. inventey.
comment avez vous connu le forum. What a Face What a Face
code. What a Face What a Face What a Face
commentaires. What a Face What a Face What a Face What a Face What a Face
Revenir en haut Aller en bas
S.-Robyn W. Brixton
flightless bird - fairy dust !
avatar
Écus d'Or : 173
Âge : vingt-deux ans.

Mon Histoire : fée orpheline sur neverland, on l'appela clocharde, même si elle fut vite surnommée clochette avec ses tintements par les enfants perdus et peter pan. + c'est une fée qui avait déjà beaucoup voyagé, étant l'une des rares à avoir foulé le sol de gaïa et y avoir fait des rencontres. + elle était heureuse auprès des enfants éternels, et surtout auprès de peter. le seul nuage dans son ciel bleu était les sentiments qu'elle lui portait. + elle mena sa quête afin d'être son égale, pas juste une petite fée, et afin de vivre sa romance. + elle en perdit ses ailes, littéralement, et perdit ainsi tout moyen de retourner au pays imaginaire. + elle erra de village en village, de terre en terre. elle se prostitua pour grignoter un morceau de pain de temps en temps, vendit tout ce qu'elle avait, excepté la haine qu'elle portait envers celle qui lui avait causé du mal et envers son clan : la fée morgane et les fidèles. + elle fit partie de ceux que l'on appelait les rebelles, et connu le triste sort réservé à la majorité : l'exil. + elle est sur riorim depuis le début. + elle vit moins misérablement que les dernières années à vesta, mais ce n'est toujours pas ça, alors elle se saoule pour échapper à sa réalité. + elle a un enfant avec un mec sortit de nulle part. bref, elle ne mène pas la vie de princesse.
Schizophrénie : adélaïde quincy ; clara o. stahlbaum.
Messages : 348
Date d'inscription : 16/01/2017
Localisation : riorim.
Mer 12 Avr - 22:33

I went down among the dust and pollen

To the old stone fountain in the morning after dawn.




On dit que certaines fée naissent du premier rire d’un enfant, et meurent lorsque celui-ci déclare ne plus croire en la magie. C’est la jolie version de l’histoire. En fait, on essaie juste d’éviter de dire que les fées sont pour la plupart des orphelines, sauvageonnes sorties de nulle part, jolies barbares sans famille et sans attache. La fée Clocharde est l’une de celle-ci.

Il y avait une fleur. Dans la nuit. Brillante, magique. Une tulipe dorée. Rien de magique. En tous cas dans la plante. C’est Clochette. C’est comme ça qu’on l’avait trouvée. On ne sait pas d’où elle sort. On la nommait la fée Clocharde. Sans attache, sans chez-elle. Il y eut Peter Pan. Évidemment. C’était lui, son chez-elle. Il n’y avait que lui. Elle ne parlait qu’à lui. N’aimait que lui. Jalousait toutes celles qui s’en approchait. Elle n’aimait pas les sirènes. Les indiennes et les jeunes filles aussi. Elle haïssait les pirates, surtout. Et tous ceux qui voulait s’en prendre à l’immortel gamin. Elle ne supportait que les enfants perdus. Et encore. Jamais l’un d’eux n’avait entendu le son de sa voix. Que Peter Pan, à l’époque. Sons de cloches. Tintements. D’où le surnom de Clochette. Ça aurait pu être cloche. Mais elle était toute petite. Pas plus haute qu’une pomme. Elle avait inventé son propre langage. À base de clochettes. Les enfants perdus avaient appris à la comprendre. À traduire sa musique. Tuer la Wendy à plumes. Wendy était la pire. Trop proche. Trop intime avec Peter. Possessivité. Envie. Jalousie. Jalouse de la taille de l’humaine. Même hauteur que l’Enfant. Même âge apparent. Même si c’était un âge éphémère pour l’aînée Darling. Clochette en rêvait, de sa taille.

De nouvelles guerres avec les pirates. La fée capturée. C’était elle ou Peter. Elle s’était livrée. Prisonnière. Dans une boîte à musique en verre. Posée sur une commode. Dans la cabine du capitaine. Elle était une décoration parmi d’autres. Celui-ci espérait attirer l’Enfant en gardant sa fée de compagnie. Les mots résonnaient. Échos des conversations. Trésors cachés. Cartes. Navigation. L’un se moqua de Clochette. Elle était si petite comparée à l’Autre. Magie. On parla d’une fée. Cette Autre. Très loin. Très puissante. Très grande. De taille normale. Clochette savait. Ce qu’elle devait faire. Aller la voir. Faire réaliser son voeu. Mais elle était coincée. Bloquée dans sa cage transparente. Elle attendit la nuit. Trouva son moment. Trouva sa force. Elle se balança. D’avant en arrière. Comme dans une balançoire. Elle balança si fort. La boîte fini enfin par tomber du meuble. Éclats de verre dans toutes la pièce. Tintement d’une boîte fragile brisée. Personne ne se réveilla. Ivres de rhum. Ils avaient tous sombré dans le sommeil. La voie libre. Elle en profita. Elle passa dans l’embrasure de la porte. S’évada. Finalement, être petite était utile. Ce n’était pas qu’une tare. Mais sur le moment, elle l’oublia. Elle partit. Quitta le Pays Imaginaire. Sans même le regarder une dernière fois. C’était le départ. Le début d’une quête. Trouver Morgane Le Fay. Enthousiasme. Impatience. Caprice. Elle ne savait pas ce qui l’attendait.

Il lui était déjà arriver de partir. Avec Peter. Dans l’Autre-Monde. Trouver des enfants. Les convaincre de venir au Pays Imaginaire. Les empêcher de grandir. Elle avait fait de belles rencontres. Vael Lewis. Mais toujours accompagnée. Plus ou moins. En tous cas pour le trajet. Et elle revenait vite. Ici, c’était une aventure. Une vraie. Toute seule. En solitaire. Son aventure.
Voyages. Longues recherches. Nombreuses erreurs. Le temps passé. Le temps perdu. Mais elle y arriva. Enfin. Elle trouva la Grande Morgane. Son unique espoir. Son génie magique. Sa bonne étoile. Elle dévia souvent. Perdit sa route parfois. Mais elle atteignit son but. Elle se trouva devant Elle. Morgane avait accepté de la recevoir. Clochette pouvait lui faire sa demande. Elle hésita. Bégaya. Bloqua. Murmura. Sa voix mourait dans sa gorge. Puis revenait. Elle bredouilla. Balbutia. Bafouilla. Baragouina. Elle n’avait plus parlé depuis longtemps. Puis elle parla. D’une voix claire. Sûre d’elle. Quelques mots. À quelqu’un d’autre que Peter. Quelques mots. Quelques mots qui l’avaient condamnée. La malheureuse. « Je voudrais être de grandeur égale à Peter Pan. » Morgane exauça son souhait. Mais Clochette en paya le prix fort. En l’espace d’une poignée de secondes, elle se vit grandir comme jamais elle n’aurait pu l’espérer. Mais ses ailes elles, rapetissèrent jusqu’à complètement disparaître. Clochette avait maintenant la taille de ses rêves, mais elle était à présent incapable de retourner au Pays Imaginaire. Condamnée à chercher un nouveau moyen d’y retourner, sur ses pieds.

C’était ainsi que Clochette repris son nom de Clocharde. Elle était à nouveau sans famille, sans domicile, errant à travers les continents, sans jamais retrouver le chemin de sa maison. Vivant à la façon d’un pendule, allant à droite et à gauche, sans jamais aller de l’avant, sans jamais avancer dans sa nouvelle quête. Le Pays Imaginaire n’était pas un lieu que l’on trouvait aisément. Et même si elle se trouvait, c’était une île que peu de gens souhaitaient visiter, pour sa dangerosité. Et puis, il fallait aussi trouver le moyen de l’atteindre. Car l’île se déplace, et flotte au-dessus des nuages. Si Clochette avait réussi à garder l’espoir de devenir de taille humaine un jour, elle n’en avait plus aucun pour retrouver l’île sans ses ailes. Alors elle garda avec elle la frustration et la colère. Elle supplia d’abord Morgane de la recevoir à nouveau, de lui rendre ses ailes. Même si elle redevenait toute petite, au moins elle pourrait retrouver son Peter. Il était inutile d’avoir une taille normale si elle ne pouvait pas l’avoir à Ses côtés. Après les supplications auprès de Morgane, ce fut des supplications auprès de quiconque pourrait lui donner une piste. Elle échangeait souvent le peu de pièces qu’on voulait bien lui céder contre quelque vague information sur le chemin à emprunter pour retrouver le Pays Imaginaire. Mais toujours, ses pistes ne la menaient nulle part. De plus en plus perdue, balancée d’un continent à un autre pour courir un peu plus vers du rien, elle avait même fini par abandonner ses recherches. Laissée seule avec ce que le quotidien pourrait bien lui donner, vivant sans but, sans trajectoire dans son existence, elle restait seule avec sa frustration et sa colère. Colère envers elle, colère envers toutes ces personnes qui l’enfonçaient un peu plus pour obtenir quelques écus, mais colère surtout envers cette Morgane et la magie en général. Elle avait voulu s’y frotter, et elle avait tout perdu. Alors devenue un élément du reste du monde, elle s’intéressait à son fonctionnement - fonctionnement qui ne l’intéressait guère quand elle avait Peter. Elle entendait de plus en plus souvent parler de ce petit groupe, qui se faisait quelques réunions par-ci par-là, des petits rebelles dépassés, touchés, en colère contre la Magie. Contre The Witch en général. Chacun avait ses raisons, chacun avait son histoire, mais on s’accordait à dire qu’il faudrait donner moins de pouvoir… à la magie. Clochette s’intéressait à l’évolution de ce groupe, jusqu’à finir par s’y intégrer. Si elle ne pouvait pas retourner au Pays Imaginaire, au moins elle trouverait le moyen de vraiment en vouloir à Morgane. Pas au travers d’elle-même, de sa colère, de son remords, mais au travers de ce groupe.

Et c’est ce qui lui offrit son voyage à l’autre bout du monde. Au moins, elle vivait sans souvenir, elle avait presque oublié Peter.

crackle bones
Revenir en haut Aller en bas
S.-Robyn W. Brixton
flightless bird - fairy dust !
avatar
Écus d'Or : 173
Âge : vingt-deux ans.

Mon Histoire : fée orpheline sur neverland, on l'appela clocharde, même si elle fut vite surnommée clochette avec ses tintements par les enfants perdus et peter pan. + c'est une fée qui avait déjà beaucoup voyagé, étant l'une des rares à avoir foulé le sol de gaïa et y avoir fait des rencontres. + elle était heureuse auprès des enfants éternels, et surtout auprès de peter. le seul nuage dans son ciel bleu était les sentiments qu'elle lui portait. + elle mena sa quête afin d'être son égale, pas juste une petite fée, et afin de vivre sa romance. + elle en perdit ses ailes, littéralement, et perdit ainsi tout moyen de retourner au pays imaginaire. + elle erra de village en village, de terre en terre. elle se prostitua pour grignoter un morceau de pain de temps en temps, vendit tout ce qu'elle avait, excepté la haine qu'elle portait envers celle qui lui avait causé du mal et envers son clan : la fée morgane et les fidèles. + elle fit partie de ceux que l'on appelait les rebelles, et connu le triste sort réservé à la majorité : l'exil. + elle est sur riorim depuis le début. + elle vit moins misérablement que les dernières années à vesta, mais ce n'est toujours pas ça, alors elle se saoule pour échapper à sa réalité. + elle a un enfant avec un mec sortit de nulle part. bref, elle ne mène pas la vie de princesse.
Schizophrénie : adélaïde quincy ; clara o. stahlbaum.
Messages : 348
Date d'inscription : 16/01/2017
Localisation : riorim.
Mer 12 Avr - 22:33

she's falling in love, she knows it's enough

and the world looks down and frowns.




« C’est pas Sélène que j’aurais dû t’appeler. Sélène c’est beau, comme prénom. Ça va bien à quelqu’un de calme. Toi, tu ne fais qu’aboyer, toute la journée, toute la nuit, après ta pauvre mère… Tout ce que j’entends, c’est un petit couinement aigu. Rob ! Rob ! Rob ! que j’entends à longueur de temps. Rob ! » Elle contemplait sa mère commencer à partir en larmes sous la colère et les effets de l’alcool. C’était souvent comme ça avec elle. Soit elle partait en soirée et ne revenait pas de la nuit - ou revenait avec un inconnu d’un soir ou deux - soit elle buvait à la maison et passait son temps à hurler ou à pleurer devant sa fille. Selene avait l’habitude. Elle aidait sa mère à se mettre au lit, lui préparait une tisane qu’elle versait dans son verre à shots pour la duper. Et, oui, parfois haussait le ton, du haut de sa voix d’enfant de six ans.
Elle avait toujours vécu qu’avec sa mère. En fait, elle ne connaît pas son père. Brixton, le nom qu’elle porte sur ses pieds, n’est attribué à personne d’autre sur toute l’île. Elle avait fait ses recherches. Et de tout ce que sa mère avait pu lui raconter dans ses moments sobres, elle n’avait jamais quitté l’île. Donc père inconnu. Parfois, il y eut bien quelques conquêtes régulière de sa figure maternelle qui avaient tenté de s’imposer en tant que figure paternelle, mais ils n’avaient jamais fait long feu. Souvent à cause de Sélène. C’était d’ailleurs ce que sa mère lui reprochait, à sa fille. De l’empêcher de vivre une relation amoureuse épanouie. Il fallait toujours qu’elle se mette entre tout le monde pour tout faire foirer. Et ce n’est pas comme si ça s’était arrêté à l’heure actuelle.

Sélène, vite renommée Robyn - une brillante idée alcoolisée de sa mère, inspirée par les allures de chien de sa fille - avait grandit avec l’idée qu’elle ne voudrait jamais ressembler à sa mère. Elle ne toucherait pas à n’importe quel mec, elle ne toucherait pas à l’alcool ou aux drogues, ne fumerait même pas la moindre cigarette. Mais justement, plus elle grandissait et plus elle oubliait ces principes, plus elle ressemblait à sa mère malgré elle. Bon OK, elle s’en était peut-être un peu mieux sortie qu’elle. À l’heure actuelle, la vieille doit sûrement dormir sur un carton dans une rue assez fréquentée pour gratter un maximum de pièces afin de se nourrir de temps à autres - mais surtout pour boire. Tandis que Robyn a réussi à squatter l’appartement d’un vieux sans famille, décédé l’année dernière. En décomposition avancée, ce sont les voisins, venus se plaindre de l’odeur nauséabonde qui circulait dans le quartier, qui ont permis aux pompiers de constater la mort de l’homme. Depuis, Robyn a investi les lieux. Elle ne paie pas de loyer, et n’a pas son nom sur le bail. Si jamais on cherche à lui causer des soucis, elle peut partir à tout moment. Ou pas. Avec de la chance, on ne la trouvera pas ici. Sauf Harris peut-être, son colocataire occasionnel.

Il y a quelques temps, elle s’est mise à fréquenter un homme. Il s’appelle Vael, il est un peu sorti de nulle part, et il a foiré sa jeunesse à elle. Comme quoi, Robyn n’a pas eu besoin d’avoir une fille pour cela. Ils avaient couché une première fois ensemble il y a un moment, tous les deux emportés par les effets de la boisson, après une soirée arrosée à l’Assommoir. Puis ils s’étaient revus, elle l’avait même invité chez elle - alors qu’elle limitait au maximum le nombre de mouchards potentiels - jusqu’à ce qu’ils oublient de se protéger. Juste une fois. Et alors Robyn s’est dit qu’elle avait peut-être fait la même connerie que sa mère en buvant : enfanter. Mais ce n’était pas comme si Robyn avait découvert sa propre bêtise assez tôt pour la nettoyer. Un déni de grossesse de quatre mois leur avait permis de se mettre dans la merde jusqu’au cou pour le reste de leur existence. Forcée de se responsabiliser et de devenir grande, Robyn avait tenté de réduire sa consommation d’addiction sans jamais vraiment réussir à s’en tirer. Encore aujourd’hui, même si presque amoureuse de son garçon, elle trouve le moindre prétexte pour s’oublier d’une façon ou d’une autre, pour redevenir enfant avec les effets des substances d’adulte. Alimentée par le café, elle doit en plus se mettre à travailler pour se nourrir elle et le truc qui lui coûtait une blinde. Elle l’aimait pourtant Apollo-Jules Marcel Brixton-Lewis, mais c’était dur. C’était le seul être qui restait à elle et uniquement à elle - et un peu à Vael aussi. Car c’est souvent ce qu’elle reproche aux hommes qui l’entourent et qui la rend si insupportable : de ne pas lui être totalement dévoués comme elle, elle peut l’être.

crackle bones
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Écus d'Or : 484
Âge : 25 ans

Mon Histoire : Hamish est mort et habite le corps de son frère Harris. Ce dernier est allé le chercher dans les Mondes des Morts et il s’est retrouvé à partager son corps avec l’âme de son défunt frère dont il n’avait pas accepté la mort. C’était peut-être un peu irresponsable, il ne s’attendait pas à ce genre de situation. La cohabitation devient de plus en plus difficile et lui fait perdre la tête. – Il est à Riorim depuis un peu plus d’un an seulement, envoyé par le Lièvre de Mars après un conflit. Harris a compris rapidement où il était et s’est fondu au décor pour survivre et prend son mal en patience. Il n’est donc pas touché par le sort de l’Exile. – Il est apprenti boulanger sur l’île, ainsi il a un travail et gagne des sous afin de mieux survivre dans cette prison insulaire. Puis ça lui occupe l’esprit. Il aime particulièrement ce travail, loin de ses soucis et ses responsabilité en tant que Prince de Dunbroch. – Il vit chez Clochette sur l’île. Une sorte de colocation sauvage. Il n’est pas toujours là, des fois il est ailleurs quand il ne la supporte plus – Il ne parle pas seul, il parle à son frère. Ou alors c’est que c’est devenu une sale habitude. – Hamish est marié et Harris préfère les hommes. Ouais... Y’a des moments où c’est un peu compliqué.

Schizophrénie : drago bludvist ⎪ebony whytestorme ⎪ vael moreau ⎪ louis white-rabbit
Messages : 176
Date d'inscription : 16/01/2017
Jeu 13 Avr - 7:39
J’ai eu peur, j’allais haaaan quelqu’un lui a volé Natalie Dormer >< ... Sac


Un corps, deux frères.
©crack in time

pour me mp ▻ ❤︎
Revenir en haut Aller en bas
S.-Robyn W. Brixton
flightless bird - fairy dust !
avatar
Écus d'Or : 173
Âge : vingt-deux ans.

Mon Histoire : fée orpheline sur neverland, on l'appela clocharde, même si elle fut vite surnommée clochette avec ses tintements par les enfants perdus et peter pan. + c'est une fée qui avait déjà beaucoup voyagé, étant l'une des rares à avoir foulé le sol de gaïa et y avoir fait des rencontres. + elle était heureuse auprès des enfants éternels, et surtout auprès de peter. le seul nuage dans son ciel bleu était les sentiments qu'elle lui portait. + elle mena sa quête afin d'être son égale, pas juste une petite fée, et afin de vivre sa romance. + elle en perdit ses ailes, littéralement, et perdit ainsi tout moyen de retourner au pays imaginaire. + elle erra de village en village, de terre en terre. elle se prostitua pour grignoter un morceau de pain de temps en temps, vendit tout ce qu'elle avait, excepté la haine qu'elle portait envers celle qui lui avait causé du mal et envers son clan : la fée morgane et les fidèles. + elle fit partie de ceux que l'on appelait les rebelles, et connu le triste sort réservé à la majorité : l'exil. + elle est sur riorim depuis le début. + elle vit moins misérablement que les dernières années à vesta, mais ce n'est toujours pas ça, alors elle se saoule pour échapper à sa réalité. + elle a un enfant avec un mec sortit de nulle part. bref, elle ne mène pas la vie de princesse.
Schizophrénie : adélaïde quincy ; clara o. stahlbaum.
Messages : 348
Date d'inscription : 16/01/2017
Localisation : riorim.
Jeu 13 Avr - 23:31
JAMAIS, c'est mon bébé :please:



“Fairies have to be one thing or the other, because being so small they unfortunately have room for one feeling only at a time.©️ caius
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en hautPage 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
-Absit Omen- :: Connaître le Monde :: Se présenter :: les admis-
Sauter vers: